Saturday, 9 November 2019

AFRICA, LOOK INWARD AND DO THE NEEDFUL. - L'AFRIQUE, REGARD VERS L'INTÉRIEUR ET FAIRE CE QUI EST NÉCESSAIRE.


I often walk around my environment and I enjoy doing that a lot. It is in the suburbs, the atmosphere is cool, the air is relatively clean and there is a lot of natural vegetation. What has struck me the most is the ease with which vegetation reproduces itself. I am always wondering because I believe that all that is being overlooked by us is actually responsible for a lot of the hardships we are facing as humans. We generally tend to overlook what is at our disposal when we seek solutions to our immediate challenges. Far away solutions have a way of appearing fancy to us. Unfortunately for a lot of us especially in this part of the world, we tend to look away from around us to find solutions to problems that confront us. Recently, it is becoming more evident that if we just look around us to see what experiences and resources we can harness to face challenges around us, we could begin to make some progress. Many times we import solutions that we cannot adapt to our situations because of cultural, historical, political, regional or economic differences. When we try to use these methods, we end up complicating issues and oftentimes looking stupid. Music, entertainment and education readily come to mind; the importation in these areas are changing lifestyle choices that make it difficult for any meaningful growth to take place. When even African cuisine is even being projected on the continent as something for the low income earners, one begins to wonder how far we are going to take this. International integration is now huge but until you appreciate what you have, you cannot bring anything to the table of nations and you will continue living off others. We have an abundance of what it takes (human and natural resources) to take our position in the committee of nations but until we look inward to seek for solutions to our very own issues, we will remain in the grasp of more developed nations. Evidence abounds in history that the strong will always prey on the weak. Your strength lies on how you grow what life has given to you for to be to be able to exchange yours with what it has given to others so there is no shortfall on either side. If you refuse to develop what you have, your exchange rate becomes weak and you forfeit what you have to the strong to do as they please. The sad part is that you now become a subject to the strong and beg for what is rightfully yours. The blame is usually on the strong, we forget that it was the neglect and nonchalance of the weak that made them weak and exploitable in the first place. Until you wake up and fight to reverse the trend by looking inwards and doing something about it, you will remain subject to the strong. Let us look inwards and do the needful. Do have a great day!



Je me promène souvent dans mon environnement et j'aime beaucoup le faire. C'est dans les banlieues, l'atmosphère est fraîche, l'air relativement pur et la végétation naturelle abondante. Ce qui m'a le plus frappé, c'est la facilité avec laquelle la végétation se reproduit. Je me pose toujours la question parce que je crois que tout ce que nous négligeons est en réalité responsable de nombreuses difficultés auxquelles nous sommes confrontés en tant qu’êtres humains. Nous avons généralement tendance à négliger ce qui est à notre disposition lorsque nous cherchons des solutions à nos problèmes immédiats. Les solutions lointaines nous semblent particulièrement fantaisistes. Malheureusement pour beaucoup d'entre nous, en particulier dans cette partie du monde, nous avons tendance à détourner les yeux de chez nous pour trouver des solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Récemment, il est devenu de plus en plus évident que si nous examinions simplement autour de nous pour voir quelles expériences et quelles ressources nous pouvions exploiter pour faire face aux défis qui nous entouraient, nous pourrions commencer à faire des progrès. Souvent, nous importons des solutions que nous ne pouvons pas adapter à nos situations en raison de différences culturelles, historiques, politiques, régionales ou économiques. Lorsque nous essayons d'utiliser ces méthodes, nous finissons par compliquer les problèmes et souvent nous avons l'air stupide. La musique, le divertissement et l’éducation me viennent facilement à l’esprit; les importations dans ces domaines modifient les choix de vie qui rendent difficile toute croissance significative. Quand la cuisine africaine est même projetée sur le continent en tant que cuisine pour les bas revenus, on commence à se demander jusqu'où on va aller. L'intégration internationale est maintenant une affaire énorme, mais tant que vous n'apprécierez pas ce que vous avez, vous ne pouvez rien apporter à la table des nations et vous continuerez à vivre des autres. Nous avons une abondance de ressources (humaines et naturelles) pour prendre notre position au sein du comité des nations, mais tant que nous ne regarderons pas à l'intérieur pour chercher des solutions à nos propres problèmes, nous resterons à la portée des pays plus développés. Les preuves abondent dans l'histoire selon lesquelles les forts s'attaqueront toujours aux faibles. Votre force réside dans la façon dont vous développez ce que la vie vous a donné pour pouvoir échanger le vôtre avec ce qu’elle a donné aux autres pour qu’il n’y ait aucun manque à gagner de part et d’autre. Si vous refusez de développer ce que vous avez, votre taux de change devient faible et vous perdez ce que vous avez au fort pour faire comme bon qu'ils le semblent. Ce qui est malheureux, c’est que vous deveniez un sujet pour les forts et que vous leur  demandiez ce qui vous revient de droit. Le blâme est généralement imputé aux forts, nous oublions que c’est la négligence et la nonchalance des faibles qui les ont rendus faibles et exploitables. Jusqu'à ce que vous vous leviez et luttiez pour renverser la tendance en regardant vers l'intérieur et en intervenant, vous resterez soumis au fort. Regardons à l'intérieur et faisons ce qui est nécessaire. Bonne journée!

No comments:

Post a comment