Saturday, 11 January 2020

DO YOU SEE YOURSELF AS PART OF THE EQUATION? - VOUS VOUS VOYEZ COMME UNE PARTIE DE L'ÉQUATION?


It is always interesting to hear people’s view on what is happening around them and around the world. The amazing thing is that almost everybody has an opinion and everyone thinks that what they think about a situation is the best solution there can be without really putting it that way. Listening to discussions on the challenges in society, one always hears statements starting with "they should', "they should not", we very seldom hear "I should", "I should not". Almost every one of us removes ourselves from the equation, it is always about what someone did or did not do. It is never about us even if we are involved in what we are criticising on a small scale. We always ‘fail’ to see that we have contributed in one way or another to something that is going on around us. It does not have to be an active role, even our passivity at times, can be worse than the wrong actions taken by others. Maybe if we should just begin our thinking with "I should" or "I should not", we will make a lot of difference in becoming a part of the change. What you are doing might be having an effect on just a few right now, but you never know what ripple effects that small seed will begin to produce over time. It is this habit of taking ourselves out of the equation that removes our focus from how to become a part of the answer. We would rather focus on who should be responsible than seeing ourselves as part of those who should fix things. Let us take the common menace in Africa for example which is the proper disposal of refuse. Many of us complain about the failure of government in this regard, we always see how government is not living up to its responsibility of providing either evacuation vans or proper dump sites and we have every right to do so. However, have we as individuals thought of how we could collaborate with "willing" neighbours, because not everyone is willing, to see what we can do to minimise that problem in our neighbourhood? Have we looked at ways that we ourselves can stop littering the environment with products packaging wraps? Always beginning with "they should" or "they should not" is what everybody does and the effect of that type of attitude in any community is that nothing really gets done to address the problem. On the other hand, when we begin with "I should" or "I should not", we position ourselves to become a part of the solution, a part of the equation. This does not mean that it will make it easy to do something about it, but it gives you a sense of responsibility and fulfilment when your contributions add value to the solution. The problem is that most of us talk ourselves out of the equation and we do not really give ourselves a chance to make our contributions before we even get the chance to understand what is going on. Changing the way we see ourselves in relation to what is going on around us is the only way to see ourselves as part of the equation that would address the challenges. Do have a fantastic day!

Il est toujours intéressant d’entendre le point de vue des gens sur ce qui se passe autour d’eux et dans le monde. Ce qui est étonnant, c'est que presque tout le monde a une opinion et tout le monde pense que ce qu'ils pensent d'une situation est la meilleure solution possible sans vraiment l'exprimer ainsi. En écoutant les discussions sur les défis de la société, on entend toujours des déclarations commençant par «ils devraient», «ils ne devraient pas», nous entendons très rarement «je devrais», «je ne devrais pas». Presque chacun d'entre nous se retire de l'équation, il s'agit toujours de ce que quelqu'un a fait ou n'a pas fait. Il ne s'agit jamais de nous, même si nous sommes impliqués dans ce que nous critiquons à petite échelle. Nous «manquons» toujours de voir que nous avons contribué d'une manière ou d'une autre à quelque chose qui se passe autour de nous. Il ne doit pas être un rôle actif, même notre passivité parfois, peut être pire que les mauvaises actions prises par des autres. Peut-être que si nous pourrions simplement commencer notre réflexion par "je devrais" ou "Je ne devrais pas", nous ferons beaucoup de différence en faisant partie du changement. Ce que vous faites pourrait avoir un effet sur quelques-uns en ce moment, mais vous ne savez jamais quels effets d'entraînement cette petite graine commencera à produire au fil du temps. C'est cette habitude de nous sortir de l'équation qui enlève notre concentration de la façon de devenir une partie de la réponse. Nous préférons nous concentrer sur qui devrait assumer la responsabilité plutôt que de nous voir comme faisant partie de ceux qui devraient réparer les choses. Prenons par exemple la menace commune en Afrique qui est la bonne élimination des ordures. Beaucoup d'entre nous se plaignent de l'échec du gouvernement à cet égard, nous voyons toujours comment le gouvernement n'assume pas sa responsabilité de fournir des fourgonnettes d'évacuation ou des décharges appropriées et nous avons le droit de le faire. Cependant, avons-nous, en tant qu'individus, réfléchi à la manière dont nous pourrions collaborer avec des voisins "prêts", parce que tout le monde n'est pas disposé, à voir ce que nous pouvons faire pour minimiser ce problème dans notre quartier? Avons-nous cherché des moyens pour nous-mêmes d'arrêter de salir l'environnement avec des emballages de produits? Commencer toujours par «ils devraient» ou «ils ne devraient pas» est ce que tout le monde fait et l'effet de ce type d'attitude dans n'importe quelle communauté est que rien n'est vraiment fait pour résoudre le problème. D'un autre côté, lorsque nous commençons par «je devrais» ou «je ne devrais pas», nous nous mettons dans une position pour devenir une partie de la solution, une partie de l'équation. Cela ne signifie pas que cela facilitera la tâche, mais cela vous donne un sentiment de responsabilité et d'accomplissement lorsque vos contributions ajoutent de la valeur à la solution. Le problème est que la plupart d'entre nous se découragent de l'équation et nous ne nous donnons pas vraiment la chance de faire nos contributions avant même d'avoir la chance de comprendre ce qui se passe. Changer la façon dont nous nous voyons par rapport à ce qui se passe autour de nous est la seule façon de nous voir comme faisant partie de l'équation qui permettrait de relever les défis. Passez une journée fantastique!


No comments:

Post a comment