Google+ Followers

Monday, 26 June 2017

MentorAfrica: JUST AN ECHO - SIMPLEMENT UN ECHO

MentorAfrica: JUST AN ECHO - SIMPLEMENT UN ECHO: There is a disturbing trend that I have noticed, especially with the youths, as I interact with people. What is largely a positive move is ...

JUST AN ECHO - SIMPLEMENT UN ECHO

There is a disturbing trend that I have noticed, especially with the youths, as I interact with people. What is largely a positive move is showing some negative sides. With the amount of knowledge now available everywhere on purpose and passion, there are more who are just echoing the principles without practicing them. They dress the part and act the path but they do not live the part. I do not know which is worse; ignorance or uncultivated knowledge. What is the use of going for workshops and seminars, reading books and watching training videos if you are not going to apply the knowledge in productive way? Many youths inundate you with principles immediately you start a conversation with them and there is no evidence that those principles are helping them in anyway. The frustrating part is the fact that it prevents them from listening and learning how to live those principles by engaging in practical conversations to help them apply the principles to help them pursue their vision. What Africa needs is not youths with heads loaded with information, she needs youths who are ready to find ways of using what they know to position themselves as agents of change. The long list of certificates and trainings you have attended do not mean a thing if you can show practical ways of applying them to solve immediate problems in your community. Great innovators and leaders are not remembered for the amount of knowledge they acquired, they are remembered for the difference they made with what they knew. Knowledge without commensurate performance is just an echo. Stop echoing what others have said and starting doing something for people to talk about. Learning is just a ladder to reach where you are going. Do not stand on the ladder for people to see you, use it to arrive at the problem you need to fix. Enjoy your week!

Il y a une tendance inquiétante que j'ai remarquée, en particulier chez les jeunes, alors que je discute avec les gens. Ce qui est en grande partie un mouvement positif montre quelques côtés négatifs. Avec la quantité de connaissances maintenant disponible partout dans le but et la passion, il y a plus qui font écho aux principes sans les pratiquer. Ils habillent la partie et ils agissent la partie, mais ils ne vivent pas la partie. Je ne sais pas ce qui est pire; L'ignorance ou la connaissance inculte. À quoi sert-on de faire des ateliers et des séminaires, de lire des livres et de regarder des vidéos de formation si vous n'utilisez pas les connaissances de manière productive? Beaucoup de jeunes vous inondent de principes au moment quand vous commencez une conversation avec eux et rien ne prouve que ces principes les aident de toute façon. La partie frustrante est le fait que cela les empêche d'écouter et d'apprendre à vivre ces principes en s'engageant dans des conversations pratiques pour les aider à appliquer les principes pour les aider à poursuivre leur vision. Ce dont l'Afrique a besoin n'est pas des jeunes avec des têtes chargées d'informations, elle a besoin de jeunes qui sont prêts à trouver des moyens d'utiliser ce qu'ils savent pour se positionner comme agents de changement. La longue liste de certificats et de formations auxquels vous avez assisté ne signifie pas une chose si vous ne pouvez montrer des moyens pratiques de les appliquer pour résoudre des problèmes immédiats dans votre communauté. On ne se souvient pas des grands innovateurs et les leaders par la quantité de connaissances qu'ils ont acquise, ils sont rappelés pour la différence qu'ils ont faite avec leurs connaissances. La connaissance sans une performance proportionnelle est simplement un écho. Arrêtez de faire écho à ce que les autres ont dit et commencez à faire quelque chose pour donner un sujet aux gens de discuter. L'apprentissage n'est qu'une échelle pour atteindre où vous allez. Ne vous laissez pas sur l'échelle pour que les gens vous voient, utilisez-le pour arriver au problème dont vous avez besoin de fixer. Profitez de votre semaine!

Saturday, 24 June 2017

MentorAfrica: REFRESH! REFRESH!! REFRESH!!! - REINITIALISEZ! REI...

MentorAfrica: REFRESH! REFRESH!! REFRESH!!! - REINITIALISEZ! REI...: There are times, and that happens often, when the network is so bad that working on my blog post can take about ten times the length of tim...

REFRESH! REFRESH!! REFRESH!!! - REINITIALISEZ! REINITIALISEZ!! REINITIALISEZ!!!

There are times, and that happens often, when the network is so bad that working on my blog post can take about ten times the length of time need. At times like these, it is very easy to get discouraged, shut down and do something else that is less stressful and less mentally tasking. However, something keeps me going and I hit the refresh button over and over again to the point that I start feeling sorry for the computer. If I shift my emotions to myself and start feeling sorry for myself, I will derail and the work will not get done. What keeps me going? I see my blog as a classroom and my students may need a few tips from each lesson. They might not all like the lesson but for the sake of the few who would want hear something I have to say, I have to turn up. What some consider a nuisance is beneficial to others, so I have to keep going irrespective of the numbers of the views, likes, comments or shares.  Every vision is sustained by purpose; if you do not understand the purpose, quitting is easy. No matter how hard it gets, just hit the refresh button. No matter how many times distractions and failures interrupt the “network”, keep hitting the refresh button. No matter how long it takes to load, wait. Any vision worth its while is worth your commitment and perseverance. You can change your methods but never change your goal if you are convinced of the impact it will make in society. The climb is tough and long but the view at the top is well worth it. Just keep going, keep your eyes on the finish line not on the obstacles. The obstacles will always pale in comparison to the ultimate goal. Keep moving…

Il y a des fois, et cela arrive souvent, lorsque le réseau est tellement mauvais que travailler sur mon blog peut prendre environ dix fois du temps qu'il me faut normalement. Pendant des moments comme ceux-ci, il est très facile de se décourager, de fermer et de faire autre chose moins stressant et moins mentalement responsable. Cependant, quelque chose me tient et je frappe le bouton de réinitialiser à plusieurs reprises au point que je commence à avoir pitié pour l'ordinateur. Si je transfert cet émotion sur moi-même et que je serais deprime, je vais dérailler et le travail ne sera pas terminé. Qu'est-ce qui m'empêche? Je vois mon blog comme une salle de classe et mes étudiants peuvent trouver quelques conseils dans chaque leçon. Ils peuvent ne pas tous aimer la leçon, mais pour l'honneur de ceux qui voudraient entendre quelque chose que j'ai à dire, je dois me présenter. Ce que certains considèrent comme un ennui est bénéfique pour les autres, alors je dois continuer, quel que soit le nombre de vues, des j'aime, de commentaires ou de partage. Chaque vision est soutenue par un but; Si vous ne comprenez pas le but, quitter est facile. Peu importe combien il est difficile, appuyez simplement sur le bouton de réinitialiser. Peu importe combien de fois les distractions et les pannes interrompent le "réseau", continuez à frapper le bouton de réinitialiser. Peu importe combien de temps il faut pour charger, attendez. Toute vision qui vaut la peine vaut votre engagement et votre persévérance. Vous pouvez changer vos méthodes, mais ne modifiez jamais votre objectif si vous êtes convaincu de l'impact qu'il fera dans la société. La montée est dure et longue, mais la vue au sommet en vaut la peine. Continuez simplement, fixez vos yeux sur la ligne d'arrivée, pas sur les obstacles. Les obstacles vont toujours pâlir par rapport au but ultime. Continuez à vous déplacer ...

Friday, 23 June 2017

MentorAfrica: DROPS...RAIN - DES GOUTTES...LA PLUIE

MentorAfrica: DROPS...RAIN - DES GOUTTES...LA PLUIE: We are entering into the heart of the raining seasons and it rains hard in the Niger-Delta region where I am. Yesterday, I wanted to get so...

DROPS...RAIN - DES GOUTTES...LA PLUIE

We are entering into the heart of the raining seasons and it rains hard in the Niger-Delta region where I am. Yesterday, I wanted to get something from a neighbor and as I stepped out, I began to feel drops of rain and although the skies were clear, I went back to get an umbrella because in this region the skies can darken quickly and result in a downpour. Little drops of rain here and there do not do much good to the vegetation but, when there is more rain than sunshine during the raining season, the crops are happy and farmers are satisfied. Life needs all the seasons to be complete, the prolongation of any particular season spells disaster. The problem with Africa is that we have been in a prolonged drought of weak leadership and all the systems have either withered or are completely dead. From the little experience I have gathered in my new found love for gardening, one would do anything to get water to the plants if one intends to have any harvest. When the clouds begin to gather after a long spell of dry weather, it puts smiles on the farmer's face. Africa has suffered devastation in her leadership but little drops of rain are falling through a certain percentage of the citizenry who are beginning to see things from a different light. There is not much to be seen right now, but if drops of enlightened and determined citizens begin to fall into our institutions, one day, sooner than later, the rains will come. Let us keep talking and enlightening ourselves even as we make the little difference we can in our circles of influence. What you are doing might seem like a drop but from the clouds of discontent that have been gathering, you never know when the rain of change will fall. Have a great weekend!


Nous entrons au cœur des saisons de pluie et il pleut fort dans la région du Niger-Delta où je suis. Hier, je voulais obtenir quelque chose d'un voisin et, en sortant, j'ai commencé à ressentir des gouttes de pluie et bien que les cieux étaient clairs, je suis retourné pour prendre un parapluie parce que dans cette région, les cieux peuvent s'assombrir rapidement et entraîner une averse. De petites gouttes de pluie ici et là ne font pas beaucoup de bien à la végétation, mais quand il y a plus de pluie que de soleil pendant la saison de pluie, les plantes sont heureuses et les agriculteurs sont satisfaits. La vie a besoin de toutes les saisons pour être complète, le prolongement de toute saison particulière entraîne une catastrophe. Le problème avec l'Afrique est que nous avons été dans une sécheresse prolongée de leadership faible et que tous les systèmes ont fléchi ou sont complètement morts. Grâce à la petite expérience que j'ai recueillie dans mon nouvel amour pour le jardinage, on pourrait faire n'importe quoi pour obtenir de l'eau pour les plantes si l'on veut faire une récolte. Lorsque les nuages ​​commencent à se rassembler après un long épisode de temps sec, il met des sourires sur le visage du fermier. L'Afrique a subi une dévastation dans son leadership, mais de petites gouttes de pluie tombent dans un certain pourcentage des citoyens qui commencent à voir les choses sous une lumière différente. Il n'y a pas beaucoup à voir maintenant, mais si des gouttes de citoyens éclairés et déterminés commencent à tomber dans nos institutions, un jour, plus tôt que tard, les pluies viendront. Continuons-nous à parler et à nous nous illuminer même en nous faisons la petite différence que nous pouvons dans nos cercles d'influence. Ce que vous faites peut sembler une goutte, mais avec des nuages ​​de mécontentement qui se rassemblent, vous ne savez jamais quand la pluie du changement tombera. Passe un bon weekend!

Wednesday, 21 June 2017

MentorAfrica: SUPPORT. GROWTH. DEVELOPMENT - SUPPORT. CROISSANCE...

MentorAfrica: SUPPORT. GROWTH. DEVELOPMENT - SUPPORT. CROISSANCE...: The human life is meant to be interdependent, we are supposed to complement each other. The greatest obstacle to human development is the p...

SUPPORT. GROWTH. DEVELOPMENT - SUPPORT. CROISSANCE. DÉVELOPPEMENT

The human life is meant to be interdependent, we are supposed to complement each other. The greatest obstacle to human development is the pursuit of a personal agenda to the detriment of the common good. What I have noticed with communities of great poverty is a high degree of suspicion and mistrust that makes people concentrate on making a name and wealth for themselves. Many in these underdeveloped societies believe that discussing their dreams and seeking assistance and partnership is a sign of weakness of could result to their dreams being stolen. Others do not have enough confidence to trust people who have complementary skills to help develop their vision because they feel they might be ridiculed. Without proper self-confidence, trust and interdependence, we cannot go far with our vision. Growth is predicated upon the ability of the community to rally their gifts together for the development of their society. We should pursue our dreams in a way that our personal agenda is woven into the agenda of our immediate community as well as the global one. No man is an island. No matter how gifted you are, your gift still needs another person's input to reach its full potential. Do not let a selfish desire for greatness deprive you and the world from enjoying your gift. It is in supporting and complimenting each other with our gifts and talents that we fully accomplish our dreams and ensure the growth and develop our communities and the world.
Photo Source: Google+/Oli a
La vie humaine est censée être interdépendante, nous sommes censés nous renforcer. Le plus grand obstacle au développement humain est la poursuite d'un programme personnel au détriment du bien commun. Ce que j'ai remarqué avec des communautés de grande pauvreté, c'est un degré élevé de suspicion et de méfiance qui permet aux gens de se concentrer sur leur richesse et comment se faire un nom. Beaucoup de ces sociétés sous-développées croient que discuter leurs rêves et chercher de l'aide et du partenariat est un signe de faiblesse qui pourrait entraîner le vol de leurs rêves. D'autres n'ont pas assez de confiance pour faire confiance à ceux qui ont des compétences complémentaires pour aider le développement de leur vision parce qu'ils estiment qu'on pourrait les ridiculiser. Sans confiance en soi, l'espoir et l'interdépendance, nous ne pouvons pas avancer loin avec notre vision. La croissance repose sur la capacité de la communauté à rassembler ses dons pour le développement de leur société. Nous devrions poursuivre nos rêves de manière à ce que notre agenda personnel soit intégré dans l'agenda de notre communauté immédiate ainsi que celui du monde en général. Aucun homme n'est une île. Peu importe votre talent, votre don a toujours besoin de l'apport d'un autre pour atteindre son plein potentiel. Ne laissez pas un désir égoïste de grandeur vous priver et même le monde de profiter de votre don. C'est en nous appuyant et nous nous renforçons avec nos dons et nos talents que nous accomplissons pleinement nos rêves et garantissons la croissance et le développement de nos communautés et du monde.

Saturday, 17 June 2017

MentorAfrica: THINK SERVICE!- PENSEZ SERVICE!

MentorAfrica: THINK SERVICE!- PENSEZ SERVICE!: The worst thing that can happen to any community is for it to have a greater percentage of her population with the "what is in it ?&qu...

THINK SERVICE!- PENSEZ SERVICE!

The worst thing that can happen to any community is for it to have a greater percentage of her population with the "what is in it ?" mentality. It is simply pathetic. There is nothing that hinders development and innovation as much as defining everything in monetary terms. There was a picture of a public health care facility in my state that was posted on Facebook, I hurriedly scrolled so I would not see that kind of eyesore. I saw another post from a francophone medical friend and a doctor was commenting on how frustrated he because of the inadequate facilities he has to work with. I do not know about the situation in that country but I know that in my own country Nigeria, our health care and other public essential facilities have no business with failing infrastructure. The main problem is people in power who have no business in leadership. They do not have and have never had the interest of anybody apart from their miserable selves at heart. Only those who think service can move any nation forward. So long as one is there to serve, even insufficient resources begin to achieve great strides. We all know how stretch our finances when we encounter hard times so nobody with the the mind to serve will fail; there will always be a way. The saddest part is when we have people who used to advocate for social justice in the corridors of power and they suddenly forget all the desire to make a difference.This goes to show that they were frauds because if they were sincere and the system is stifling them, they should quit. That is the only way to prove their sincerity and save their integrity. Until we start thinking service, our development will remain stagnated. If you do not start thinking of serving those you come in contact with now, you will not serve when you are given a larger platform. Service is an attitude, it is not a show.

La pire chose qui puisse arriver à une communauté est qu'elle ait un pourcentage plus élevé de sa population avec la mentalité de «ce qui s'y trouve?». C'est tout simplement pathétique. Il n'y a rien qui empêche le développement et l'innovation autant que de définir tout en termes monétaires. Il y avait une image d'un établissement de soins de santé publique dans mon état qui a été posté sur Facebook, je me suis défilé à la hâte, de sorte que je ne verrais pas ce type d'horreur. J'ai vu un autre poste d'un ami médical francophone et un médecin a commenté combien il était frustré en raison des installations inadéquates avec lesquelles il devait travailler. Je ne connais pas la situation dans ce pays, mais je sais que dans mon propre pays, le Nigéria, nos soins de santé et d'autres installations essentielles publiques n'ont aucun rapport avec l'infrastructure en panne. Le principal problème sont les personnes au pouvoir qui n'ont rien avoir avec le leadership. Ils n'ont pas et n'ont jamais eu l'intérêt de quiconque en dehors de leur soi misérable. Seuls ceux qui pensent service, peut faire avancer les pays. Tant que l'on est là pour servir, même les ressources insuffisantes commencent à faire de grands progrès. Nous savons tous comment étirer nos finances lorsque nous rencontrons des moments difficiles donc personne avec l'esprit pour servir n'échoue; il trouvera toujours un moyen. La partie la plus triste c'est que nous avons des gens qui défendaient la justice sociale qui se trouvent dans les couloirs du pouvoir et qu'ils oublient soudainement tout le désir de faire une différence. Cela montre que ce sont des fraudes car si elles étaient sincères et ils remarquent que le système les étouffe, devraient quitter. C'est le seul moyen de prouver leur sincérité et de sauver leur intégrité. Jusqu'à ce que nous commençons à penser au service, notre développement restera stagné. Si vous ne commencez pas à rechercher comment servir ceux avec lesquels vous êtes en contact maintenant, vous ne serez pas en mesure de le faire quand on vous offrirait une plus grande plate-forme. Le service est une attitude, ce n'est pas un spectacle.

Wednesday, 14 June 2017

MentorAfrica: BASICS TO MAJOR - DES BASES AUX MAJEURS

MentorAfrica: BASICS TO MAJOR - DES BASES AUX MAJEURS: In the recent week things have happened in my community that should have shaken my faith in my belief in the development of the  continent....

BASICS TO MAJOR - DES BASES AUX MAJEURS

In the recent week things have happened in my community that should have shaken my faith in my belief in the development of the  continent. However, they have rather strengthened my resolve in continuing to do whatever I can to help the youths so they do not continue in this destructive and hopeless path. With the enormity of the developmental issues that confront us in Africa, the best thing we as ordinary citizens can do for now, is to concentrate on the basics rather than on the majors. Solving the basics will create room for us and others to get to the point where we can tackle the majors. Someone shared a picture on Facebook recently that had the simple message that would help us think again before we litter our environment and many people shared it. What that tells me is that many of us can find solutions to the basic problems that plague society rather wait for the time we will be in a position to solve the major challenges.While we are busy advocating that people should think outside the box, there are many that are not even thinking at all. Starting with the basics will help you see how you can help anyone you come across to see a situation differently. If we have this mindset we will discover that most times our thoughts would be solution oriented. What defeats us most times is the fact that we are thinking of the majors and neglecting the basics. Always seeing an opportunity to better a situation or a person within your limitations is the only path to making a difference. Many of us, especially in Africa, are so overwhelmed with the humongous challenges that we miss the many opportunities around us to make a difference in the basics of everyday life. Let's start with the basics and the majors will begin to fall into place.
Photo Source : Google+/Oli a
Au cours de la dernière semaine, des choses se sont passées dans ma communauté qui auraient dû ébranler ma foi en croyant au développement du continent. Cependant, ils ont renforcé ma détermination à continuer de faire tout mon possible pour aider les jeunes afin qu'ils ne continuent pas dans ce chemin destructeur et désespéré. Avec l'énormité des problèmes de développement auxquels nous sommes confrontés en Afrique, la meilleure chose que nous, en tant que citoyens ordinaires, pouvons faire pour l'instant, c'est de se concentrer sur les bases plutôt que sur les majeurs. Résoudre les bases créera de la place pour nous et d'autres pour arriver au point où nous pouvons affronter les majeurs. Quelqu'un a partagé une image sur Facebook récemment qui avait le message simple qui nous aiderait à réfléchir avant de lapiner notre environnement et beaucoup de gens l'ont partagé. Ce que cela me dit, c'est que beaucoup d'entre nous peuvent trouver des solutions aux problèmes de base qui affligent la société plutôt que d'attendre le temps que nous serons en mesure de résoudre les grands défis. Même si nous sommes occupés à préconiser que les gens pensent en dehors de la boîte, il y en a beaucoup qui ne pensent même pas du tout. Commencer par les bases, vous aiderez à voir comment vous pouvez aider toute personne que vous rencontrez à voir une situation différemment. Si nous avons cette mentalité, nous découvrirons que la plupart du temps, nos pensées seraient axées sur la solution. Ce qui nous défaite le plus souvent, c'est le fait que nous pensons aux majeurs et négligeons les bases. Rechercher toujours une opportunité pour améliorer une situation ou une personne dans vos limites est le seul moyen de faire une différence. Beaucoup d'entre nous, en particulier en Afrique, sont tellement débordés par les énormes défis auxquels nous faisons face que nous manquons les nombreuses opportunités qui nous entourent pour faire une différence dans les bases de la vie quotidienne. Commençons par les bases et les majeurs commenceront à se mettre en place.

Tuesday, 13 June 2017

MentorAfrica: RIGHT TIME. RIGHT PLACE. RIGHT PERSON. - BON MOMEN...

MentorAfrica: RIGHT TIME. RIGHT PLACE. RIGHT PERSON. - BON MOMEN...: When we are faced with things that are considered unethical in our communities, our immediate reaction is criticism which is an expression ...

RIGHT TIME. RIGHT PLACE. RIGHT PERSON. - BON MOMENT. BON ENDROIT. BONNE PERSONNE.

When we are faced with things that are considered unethical in our communities, our immediate reaction is criticism which is an expression of our disagreement with that situation. Many of us remain in this position, some graduate to anger and blame while others proceed from anger to finding solutions. Everyone has a right to react in whatever way they choose and they would be justified. I would rather that we see ourselves as solutions when we are confronted by these unfavourable conditions. Sadly though, the problem is that in many African societies the establishment itself is unethical. Systems or the lack thereof are built to promote corruption and retrogression. This is the reason why the heads of the educational framework that is supposed to build human resources to develop the nation, do not trust what are doing enough to allow their children to train in their own educational systems. This results in discrimination and unpatriotic practices and the youths who are the ones caught in this web, lose all confidence in their nations and the continent. Be that as it may, we still remain the only solutions to our homegrown problems. Most of those who want to be solutions are not in a position to immediately do something about the situation. However, the question I would like to ask is that when the opportunity presents itself would you be the right person? If you do not start thinking and living the solution where you are at the moment, you would not be able to make any difference when you come to the right place at the right time. The right place at the right time without the right people is the worst thing that can happen to any nation or organisation. Talking and analyzing the situation is good but preparing to be a solution is far better.  You need information, courage and passion to be able to confront the establishment and create change. Always prepare to be the right person so you can be an agent of change when the opportunity presents itself.
Photo Source : Google+/Oli a

Lorsque nous sommes confrontés à des choses qui ne sont pas conformes à l'éthique dans nos communautés, notre réaction immédiate est une critique qui est une expression de notre désaccord avec cette situation. Beaucoup d'entre nous restent dans cette position, certains s'inscrivent à la colère et au blâme alors que d'autres vont de la colère à la recherche de solutions. Tout le monde a le droit de réagir de la manière qu'il choisit et ils seraient justifiés. Je préférerais que nous nous considérions comme des solutions quand nous sommes confrontés à ces conditions défavorables. Malheureusement, le problème est que, dans de nombreuses sociétés africaines, l'établissement lui-même est contraire à l'éthique. Les systèmes ou leur absence sont conçus pour promouvoir la corruption et la régression. C'est la raison pour laquelle les chefs du cadre éducatif qui est censé créer des ressources humaines pour développer la nation, ne font pas assez confiance à ce qui fait pour permettre à leurs enfants de s'entraîner dans leurs propres systèmes éducatifs. Il en résulte une discrimination et des pratiques antipatriotes et les jeunes qui sont capturés dans ce site, perdent toute confiance dans leur pays et le continent. Quoi qu'il en soit, nous restons les seules solutions à nos problèmes locaux. La plupart de ceux qui veulent être des solutions ne sont pas en mesure de faire immédiatement quelque chose à propos de la situation. Cependant, la question que je voudrais poser est que lorsque l'occasion se présente, seriez-vous la bonne personne? Si vous ne commencez pas à penser et à vivre la solution où vous êtes actuellement, vous ne pourrez pas faire de différence lorsque vous arrivez au bon endroit au bon moment. Le bon endroit au bon moment sans les bonnes personnes est le pire qui puisse arriver à n'importe quel pays ou organisation. Parler et analyser la situation est bon mais la préparation pour être une solution est bien meilleure. Vous avez besoin d'informations, de courage et de passion pour pouvoir affronter l'établissement et créer des changements. Préparez-vous toujours à être la bonne personne afin que vous puissiez être un agent de changement lorsque l'occasion se présente.

Monday, 12 June 2017

MentorAfrica: WORK. REWARD. OPPORTUNITY. - TRAVAIL. RÉCOMPENSE. ...

MentorAfrica: WORK. REWARD. OPPORTUNITY. - TRAVAIL. RÉCOMPENSE. ...: Nepotism and favouritism are the two main pillars of corruption and underdevelopment. They are plagues that destroy hard work and innovatio...

WORK. REWARD. OPPORTUNITY. - TRAVAIL. RÉCOMPENSE. OPPORTUNITE.

Nepotism and favouritism are the two main pillars of corruption and underdevelopment. They are plagues that destroy hard work and innovation. I once heard a public officer boast in an argument, in public that they can take him anywhere and nothing will happen to him because he had someone in management. People in these societies do not improve their knowledge or skills because they would be employed or promoted regardless. Excellence is non-existent, competence is ignored, development is not even in the horizon. Human development is a loop of work, reward and opportunity. Normally, good work leads to reward which in turn creates other opportunities. When hard work is absent, this loop is broken. When mediocrity is promoted by nepotism and favouritism the spirit of growth in a society is stifled. I believe the reason why many of us in sub-saharan Africa have a lackadaisical attitude towards our job and our dreams, if we have any, is the fact that we believe someone has our backs. We believe our family members and kinsmen have a duty to make life happen for us. In situations like these we allow our brains to lie fallow and depend on others to live our lives for us. For anyone to successfully develop their dream, it is important to understand that our life is not about pleasing people. Pursuing your dream means you understand the importance of your work as a contribution to the development of your immediate society and humanity in general. Without the pursuit of excellence in all that you do, there won't be reward that comes in form of opportunities for you to expand your horizons. Have an excellent week!
Photo Source : Google+/National Geographic

Le népotisme et le favoritisme sont les deux principaux piliers de la corruption et du sous-développement. Ce sont des fléaux qui détruisent le travail et l'innovation. Une fois, j'ai entendu un fonctionnaire public se vanter d'un argument, en public qu'ils peuvent l'emmener n'importe où et que rien ne lui arrivera parce qu'il avait quelqu'un en management. Les personnes dans ces sociétés n'améliorent pas leurs connaissances ou leurs compétences parce qu'elles seraient employées ou promues quoique se soit. L'excellence est inexistante, la compétence est ignorée, le développement n'est même pas à l'horizon. Le développement humain est une boucle de travail, de récompense et d'opportunité. Normalement, un bon travail mène à une récompense qui, à son tour, crée d'autres opportunités. Lorsque le travail acharné est absent, cette boucle est cassée. Lorsque la médiocrité est favorisée par le népotisme et le favoritisme, l'esprit de croissance dans une société est étouffé. Je crois que la raison pour laquelle beaucoup d'entre nous en Afrique subsaharienne ont une attitude dédaigneuse envers notre travail et nos rêves, si nous en avons, c'est le fait que nous croyons que quelqu'un va nous supporter. Nous croyons que nos membres de la famille et nos parents ont l'obligation de faire en sorte que notre vie reussise. Dans des situations comme celles-ci, nous permettons à nos cerveaux de se poser en jachère et dépendent d'autrui pour vivre notre vie. Pour que quiconque développe avec succès son rêve, il est important de comprendre que notre vie ne consiste pas à satisfaire les gens. Poursuivez votre rêve signifie que vous comprenez l'importance de votre travail en tant que contribution au développement de votre société immédiate et de l'humanité en général. Sans la recherche de l'excellence dans tout ce que vous faites, il n'y aura pas de récompense qui offre des opportunités pour que vous puissiez élargir vos horizons. Passez une excellente semaine!

Tuesday, 6 June 2017

MentorAfrica: REJECTION - LE REJET

MentorAfrica: REJECTION - LE REJET: It is said that the fear of what people will say is the highest obstacle we face as we pursue our dreams. I believe the main thing in looki...

REJECTION - LE REJET

It is said that the fear of what people will say is the highest obstacle we face as we pursue our dreams. I believe the main thing in looking at that issue is the fear of rejection. Unfortunately, there is no success without multiple rejections. In fact, no matter how successful one becomes, there would always be some form of rejection. Rejection reduces as we progress and people begin to see our work and our resilience. Many have given up because of their inability to face rejection, some do not even make any attempt because of this fear. Success demands that you stare rejection in the face and overcome whatever blows it throws at you, those are the scars that make success worth its while. You cannot expect everyone to understand or like what your dream is about. Some will reject it because they do understand it, some will reject it because they are jealous while others will reject it because they cannot stand anything that goes against the establishment. It is naive to think that everyone will jump on board and encourage or help you. So long as you  are passionate and you enjoy  what you are doing, things will begin to take shape. Just keep doing what you know is right for your dream and resilience, patience and commitment will push through any rejection. For us Africans it is much harder because we have "civilised" establishments that we feel are constantly looking down on our efforts. Whoever or wherever you are, there is going to be reject, just in varying degrees. No matter the case, rejection is not an excuse to stop. Enjoy your day!
Photo Source: Google+/Oli a
On dit que la peur de ce que les gens diront est l'obstacle le plus élevé que nous traversons lorsque nous poursuivons nos rêves. Je crois que la principale chose à l'égard de cette question est la peur du rejet. Malheureusement, il n'y a pas de succès sans rejet multiple. En fait, quelle que soit la réussite, il y aura toujours une forme de rejet. Le rejet diminue à mesure que nous progressons et que les gens commencent à voir notre travail et notre résilience. Beaucoup ont abandonné en raison de leur incapacité à faire face au rejet, certains ne font même pas de tentative en raison de cette peur. Le succès exige que vous regardez le rejet face à face et surmonté tout ce qu'il vous lance, ce sont les cicatrices qui nous indique que le succès vaut la peine. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que chacun comprenne ou aiment votre rêve. Certains le rejetteront parce qu'ils le comprendront, certains le rejetteront parce qu'ils sont jaloux alors que d'autres le rejettent parce qu'ils ne peuvent supporter quoi que ce soit qui va à l'encontre de l'établissement. Il est naïf de penser que tout le monde va sauter à bord et vous encourager ou vous aider. Tant que vous êtes passionné et que vous appréciez ce que vous faites, les choses commenceront à prendre forme. Continuez à faire ce que vous savez qui convient pour votre rêve et votre résilience, la patience et l'engagement vont repousser tout rejet. Pour nous, les Africains, c'est beaucoup plus difficile parce que nous avons des établissements «civilisés» qui, selon nous, qui reprochent constamment nos efforts. Quiconque vous êtes ou n'importe où vous vous trouvez, il y aura le rejet, à des degrés divers. Peu importe le cas, le rejet n'est pas une excuse pour arrêter. Profitez de votre journée!

Monday, 5 June 2017

MentorAfrica: CREATE THE CULTURE - CRÉER LA CULTURE

MentorAfrica: CREATE THE CULTURE - CRÉER LA CULTURE: Culture they say is the collective fabric that defines a people and that means that everybody in life is defined by the culture they permit...

CREATE THE CULTURE - CRÉER LA CULTURE

Culture they say is the collective fabric that defines a people and that means that everybody in life is defined by the culture they permit in their environment. You either succumb to a culture or you create one. Society is dynamic, nothing is eternally engraved on stone. If you see that the culture around you is counterproductive to the development of the community, you have the ability to change that culture starting from your circle of influence. Things do not have to remain how they have been  if they have outgrown their usefulness or they have become corrupted. Most times all we do is complain when we find that we are faced with growing ills in society. We forget that we all have spaces that we influence even if we do not have a big enough platform to change the wider society. I have noticed that the very ills people condemn in government or whatever sphere of society, they perpetuate or permit in their families, private businesses or immediate environment. Business owners will owe salaries or have inhuman practices in their organisations and then cry out about unfair business policies by government and bigger corporate organisations. Parents would help children fill lies in forms, pay bribe to get favours then turn round and expect their children to be perfect citizens. I was at a university in Nigeria where the environment was very beautiful and clean and I noticed that everyone in what I would consider a mammoth crowd, found a way of disposing the wraps without littering the surroundings which is the usual practice almost everywhere in Nigeria. They succeeded in creating a culture and you too can in your circle of influence, no one is innately lawless like many Africans have been made to believe. Enjoy your week! 
Photo Source : Google+/Oli a

On dit que la culture est le tissu collectif qui définit un peuple, ce qui signifie que tout le monde dans la vie est défini par la culture qu'il permet dans son environnement. Soit vous vous cédez à une culture ou vous en créez. La société est dynamique, rien n'est éternellement gravé sur la pierre. Si vous voyez que la culture autour de vous est contre-productive au développement de la communauté, vous avez la capacité de changer cette culture à partir de votre cercle d'influence. Les choses ne doivent pas rester comme elles l'ont été si leur utilité a diminué ou qu'elles se sont corrompues. La plupart du temps, tout ce que nous faisons est de se plaindre lorsque nous constatons que nous sommes confrontés aux problèmes croissants dans la société. Nous oublions que nous avons tous des espaces que nous influençons même si nous n'avons pas une plate-forme suffisamment importante pour changer la société dans son ensemble. J'ai remarqué que les mêmes maux que les gens condamnent dans le gouvernement ou dans n'importe quelle sphère de la société, ils perpétuent ou permettent dans leurs familles, leurs entreprises privées ou leur environnement immédiat. Les propriétaires d'entreprise doivent des salaires ou ont des pratiques inhumaines dans leurs organisations et crient les politiques commerciales déloyales des gouvernements et des grandes entreprises. Les parents aident les enfants à combler les mensonges, à payer le pot-de-vin pour obtenir des faveurs, et puis ils s'attendent à ce que leurs enfants soient des citoyens parfaits. J'étais dans une université au Nigéria où l'environnement était très beau et propre et j'ai remarqué que tout le monde dans ce que je considérerais comme une foule énorme, a trouvé un moyen d'éliminer les emballages sans lapiner le milieu qui est la pratique habituelle presque partout au Nigeria. Ils ont réussi à créer une culture et vous pouvez aussi le faire, dans votre cercle d'influence, personne n'est né anarchique, comme beaucoup d'Africains ont la tendance de croire. Profitez de votre semaine!

Tuesday, 30 May 2017

MentorAfrica: AFRICA: LET'S KEEP TALKING - AFRIQUE: CONTINUONS D...

MentorAfrica: AFRICA: LET'S KEEP TALKING - AFRIQUE: CONTINUONS D...: "Africans… they're tired. They’re tired of being the subject of everybody’s charity and care. We are grateful, but we know that we...

AFRICA: LET'S KEEP TALKING - AFRIQUE: CONTINUONS DE PARLER

"Africans… they're tired. They’re tired of being the subject of everybody’s charity and care. We are grateful, but we know that we can take charge of our own destinies if we have the will to reform." - By Ngozi Okonjo-Iweala
KAMIT/AFRIKA/NUBY/ALKEBULAN is the cradle of humanity, so civilization. It is the epicenter of the world. AFRIKA is where more than 85% of the world mineral resources, 70% of the untapped arable land, more than 60% of the world fresh water are locked. It is the ONLY continental mass that is deeply connected to the core of the planet earth. KEMET/AFRIKA is where most of the most beautiful people reside. –L.T. Nimba
“… An Africa where tolerance and respect for one another prevails irrespective of one’s language, ethnic background and religious beliefs. An Africa where young people are free to dream and realize their dreams. Finally, an Africa where adolescents sexual and reproductive health issues are discussed freely, especially at home. That is MY AFRICAN DREAM”. – Theresa Naa  Adjeley Osekre. Development Advocate, Ghanaian, 24.
The African continent has largely overcome the baggage of negativity that characterised it for many decades and is now a region of hope, Prime Minister Ruhakana Rugunda has said.
" Africa, without any doubt in my mind, is the continent of the future," Rugunda said.
 The Prime Minister explained that the continent has a growing well educated young population that can be tapped to provide quality labour force to industry and business.
 "Our growing young people may not have the jobs at the moment, but they clearly have the grey matter--the brains--that businesses need," he added. - http://www.monitor.co.ug/News/National/Africa-is-the-continent-of-the-future--Rugunda-tells-US-scholars/688334-3945710-3ywvm4/index.html
Photo Source: Google+/Oli a
"Les Africains ... ils sont fatigués. Ils sont fatigués d'être le sujet de la charité et des soins de tous. Nous sommes reconnaissants, mais nous savons que nous pouvons prendre en charge nos propres destinées si nous avons la volonté de réformer". -  Ngozi Okonjo-Iweala
KAMIT / AFRIKA / NUBY / ALKEBULAN est le berceau de l'humanité, donc la civilisation. C'est l'épicentre du monde. AFRIKA est l'endroit où plus de 85% des ressources minérales mondiales, 70% des terres arables inexploitées, plus de 60% des eaux douces mondiales sont fermées. C'est la SEULE masse continentale qui est profondément liée au noyau de la planète Terre. KEMET / AFRIKA est l'endroit où la plupart des personnes les plus belles résident. -L.T. Nimba
"... Une Afrique où la tolérance et le respect l'un de l'autre prévalent indépendamment de la langue, de l'origine ethnique et des croyances religieuses. Une Afrique où les jeunes sont libres de rêver et de réaliser leurs rêves. Enfin, une Afrique où les problèmes de santé sexuelle et reproductive des adolescents sont discutés librement, surtout à la maison. C'est MON RÊVE D'AFRIQUE ". - Theresa Naa Adjeley Osekre. Development Advocate, Ghanéen, 24 ans.
Le continent africain a largement surmonté les bagages de la négativité qui l'ont caractérisé depuis de nombreuses décennies et est maintenant une région d'espoir, a déclaré le Premier ministre Ruhakana Rugunda.
"L'Afrique, sans aucun doute dans mon esprit, est le continent du futur", a déclaré Rugunda.
Le Premier ministre a expliqué que le continent a une population jeune et bien éduquée qui peut être exploitée pour fournir une main-d'œuvre de qualité à l'industrie et aux entreprises.
"Nos jeunes en croissance peuvent ne pas avoir les emplois en ce moment, mais ils ont clairement la matière grise - les cerveaux - dont les entreprises ont besoin", a-t-il ajouté. - http://www.monitor.co.ug/News/National/Africa-is-the-continent-of-the-future--Rugunda-tells-US-scholars/688334-3945710-3ywvm4/index.html

Thursday, 25 May 2017

MentorAfrica: HAPPY AFRICA DAY- WHICH WAY NGOs? - HEUREUX JOURNE...

MentorAfrica: HAPPY AFRICA DAY- WHICH WAY NGOs? - HEUREUX JOURNE...: Et si elles contribuaient à perpétuer la pauvreté ? La question peut paraître bien étrange quand on sait les efforts fait pour justement ...

HAPPY AFRICA DAY- WHICH WAY NGOs? - HEUREUX JOURNEE D'AFRIQUE - QUELLE DIRECTION LES ONG?

Et si elles contribuaient à perpétuer la pauvreté ?
La question peut paraître bien étrange quand on sait les efforts fait pour justement lutter contre la pauvreté. Mais plus de 30 années après leur immixtion sur la scène publique force est de constater que leurs efforts ont peu porté, sur le champ de l'économie du moins.
En dynamitant l'influence de l'Etat, ils ont souvent créé un vide qu'elles ne peuvent pas remplir. En encourageant uniquement les petits efforts elles ont fini par tuer le rêve et les aspirations. La politique des petits projets qu'elles encouragent mais ne garantit aucun lendemain.
Ces organisations contribueraient finalement à perpétuer la pauvreté. En réalité s'il n y a plus de pauvreté, elles perdraient leur fonds de commerce pour lever de fonds.... Elles donc tout intérêt à voir le système se perpetuer.... - Lansana Gagny Sakho

 Les agences d'aide au développement, l'UN, et ONG, ne sont pas efficaces pour l'éradication de la pauvreté, bien au contraire, et je pense même que ça ne devrait pas être leur rôle.
Ils sont efficaces sur des verticaux comme le souligne Mbaye Sylla Khouma: épidémies, crises alimentaires, crises sanitaires, etc
Sur des programmes horizontaux de développement c'est à nos états de prendre leurs responsabilités et d'en finir avec le full assisting. Pour sortir les populations des cercles vicieux des urgences de survie, il est nécessaire d'avoir un processus complet de développement et pour l'instant à l'exception de quelque pays, c'est loin d'être le cas dans la majorité de nos pays.

En cette #Africaday il est plus qu'urgent d'en finir avec le concept de full assisting nous ne pouvons pas continuer à être comme des mendiant, il nous faut notre indépendance économique et ça personne ne nous la donnera, la solution sera endogène sinon nous resterons dans les méandres des ténèbres du non développement. - Cecile Thiakane
Photo Source: FB/The Foundation for African Development
What if they helped to perpetuate poverty?
The question may seem very strange when one knows the efforts made to precisely fight against poverty. But more than 30 years after their involvement in the public arena, it is clear that their efforts have been limited, at least in the field of the economy.
By invigorating the influence of the state, they have often created a void that they cannot fulfill. By encouraging only small efforts they ended up killing the dream and the aspirations. The policy of the small projects that they encourage but does not guarantee any tomorrow.
These organizations would ultimately contribute to the perpetuation of poverty. In reality if there is no more poverty, they would lose their business to raise funds .... So they are all interested in seeing the system continue ... Lansana Gagny Sakho

Development agencies, the UN, and NGOs are not effective in eradicating poverty, quite the contrary, and I do not think it should be their role.
They are effective on vertical as Mbaye Sylla Khouma stresses: epidemics, food crises, health crises, etc.
On horizontal programs of development it is up to our states to take their responsibilities and to put an end to full assistance. To get people out of the vicious circles of survival emergencies, it is necessary to have a complete process of development and for now with the exception of some countries, this is far from being the case in the majority of our country.
In this #Africaday it is more than urgent to finish with the concept of full assisting we cannot continue being like beggars, we need our economic independence and that no one will give it to us, the solution will be endogenous if not we will remain in the meanders of  the darkness of non-development. - Cecile Thiakane

Wednesday, 24 May 2017

MentorAfrica: AFRICAN DEVELOPMENT: HER MENTAL DISPOSITION - LE D...

MentorAfrica: AFRICAN DEVELOPMENT: HER MENTAL DISPOSITION - LE D...: The world has designed a system to categorize people into classes or more directly worlds. This classification is based on a range of ident...

AFRICAN DEVELOPMENT: HER MENTAL DISPOSITION - LE DEVELOPMENT AFRICAIN: SON DISPOSITION MENTAL

The world has designed a system to categorize people into classes or more directly worlds. This classification is based on a range of identifications, qualifications and possessions. The countries categorized in the developed status are countries that have their ‘ducks in a row’ which simply means that they are constantly evolving beyond what once was their best. For any society that wants to level-up, the first point of contact is to identify strongly, what is the community. Who are its members and what do you want to do next? To do this effectively, a population count needs to be done to first identify the people of that area, the age range, skills available and the natural resources tradable with external communities. The next step is to refine the products to high standards of quality, not necessarily international standards because those standards are based upon group selections. The quality set by this group must be one that allows their product or service look inviting for anyone who they are advertising to or beckoning for a trial. Presentation is the first contact of refinement or development. People of this developing world must put a strong emphasis on thought. I used to have a friend who was quite passionate about military defense, strategy and amenities. He used to dream up and construct models of tanks, armory and facilities to be used by soldiers during times of war and preparation during times of peace. Although He is yet to achieve those dreams, they are possible but only if He is willing to commit to that dream. Dreams change, time changes and only those who are crazy enough to stand firm during a strong wind of change will set the course for a new generation. This is the same with development. Even though development is a constant flowing river, it is one that is created by the most resilient of creatures and every environment must identify these members of her community, ensure that they have the tools they need so that when everyone is enjoying the latest technology, they are creating the new ones for the future.  
Development is a state of mind, not a destination because once you arrive, the current development has already become old technology. Every society must know that no developed country, great or small, has achieved its status by acquiring new technology but instead by creating newer ways of doing things. Every day is a day to create something new for which something new was already just created. This is the only path of a truly developed environment and what is being celebrated in the public has already been over-looked in the labs of creation. - Tanho Attah   http://tasothought.blogspot.com.ng/2017/05/the-way-to-development.html
Photo Source: Google+/Oli a
Le monde a conçu un système pour classer, met les gens categories ou plus directement dans des mondes. Cette classification repose sur une gamme d'identifications, de qualifications et de possessions. Les pays classés dans le statut développé sont des pays qui ont leurs «canards dans une rangée», ce qui signifie simplement qu'ils évoluent constamment au-delà de ce qui leur a été le meilleur. Pour toute société qui veut progresser, le premier point de contact consiste à identifier fortement, à savoir la communauté. Qui sont ses membres et que voulez-vous faire ensuite? Pour ce faire, il faut faire un recensement
pour identifier d'abord les personnes de cette région, la tranche d'âge, les compétences disponibles et les ressources naturelles susceptibles d'être négociées avec des communautés externes. La prochaine étape consiste à affiner les produits selon des normes de qualité élevées, pas nécessairement des normes internationales car ces normes sont basées sur des sélections de groupe. La qualité définie par ce groupe doit être celle qui permet à leur produit ou service d'inviter toute personne à qui ils font la publicité ou une validation. La présentation est le premier contact de raffinement ou de développement. Les gens de ce monde en développement doivent mettre l'accent sur la pensée. J'avais un ami qui était très passionné par la défense militaire, la stratégie et les commodités. Il rêvait et construisait des modèles de chars, arsenaux et installations pour être utilisés par des soldats en temps de guerre et de préparation en période de paix. Bien qu'il attend encore à réaliser ces rêves, ils sont possibles, mais seulement s'il est prêt à s'engager dans ce rêve. Les rêves changent, les temps changent et seuls ceux qui sont assez fous pour rester ferme pendant un fort vent de changement vont s'organiser pour une nouvelle génération. C'est le même avec le développement. Même si le développement est une rivière à flux constant, il est créé par les créatures les plus résilientes et chaque environnement doit identifier ces membres de sa communauté, s'assurer qu'ils ont les outils dont ils ont besoin pour que, lorsque tout le monde profite de la technologie la plus récente, Ils créent toujours les nouveaux pour l'avenir.

 Le développement est un état d'esprit, pas une destination car, une fois que vous y arrivez, le développement actuel est déjà devenu une ancienne technologie. Chaque société doit savoir qu'aucun pays développé, grand ou petit, n'a atteint son statut en acquérant de nouvelles technologies, mais plutôt en créant de nouvelles façons de faire les choses. Chaque jour est un jour pour créer quelque chose de nouveau pour lequel quelque chose de nouveau était déjà créé. C'est le seul chemin d'un environnement vraiment développé et ce qui se célèbre en public a  été déjà examiné dans les laboratoires de la création. - Tanho Attah http://tasothought.blogspot.com.ng/2017/05/the-way-to-development.html

Tuesday, 23 May 2017

MentorAfrica: BE UP-TO-DATE... - ETRE A JOUR...

MentorAfrica: BE UP-TO-DATE... - ETRE A JOUR...: No society can grow above the mental capacity of its collective citizenry. When the development of the human being becomes the priority of ...

BE UP-TO-DATE... - ETRE A JOUR...

No society can grow above the mental capacity of its collective citizenry. When the development of the human being becomes the priority of a nation then it can begin its process of becoming a nation that is termed "developed". Individuals have to be trained to be solutions even if it just means saying a small YES to the fact that you can be a part of developing your community. In this two part article by Tanho Attah, we want to take a look at the way to development. To view the full text go to http://tasothought.blogspot.com.ng/2017/05/the-way-to-development.html
As a society, everyone would usually look to the government for its direction, leadership and motion towards making the environment better. While this is true, this is only the half-truth of any developed society. A developed society is a developed community where the factors of development do not reside in these arms of infrastructure, facilities and amenities but in the people that make up that community. A developed environment is a developing environment, where what was available yesterday is constantly upgraded to the needs of today by the people who inhabit that community. There is no need to validate that statement because if we only look at the trends we would see the definitions take its natural course. Being developed is a term that was coined to mean being up-to-date with modern science, biology, technology and methodologies of doing things faster, better cheaper and more efficiently. This is the reason why we have factories, industries, newer technologies and innovative ideas that create a more interesting future for the coming generations.
Education is the tool to which any environment will develop but what is education? Education is simply the process through which skill, technique, knowledge, innovative applications and abilities are acquired by a person, group, community or society. An educated society is a developed society! Without implementation, knowledge is invalid because it serves no purpose in the construction, development or advancement of the environment. - Tanho Attah
Photo Source: Google+/Oli a
 
Aucune société ne peut dépasser la capacité mentale de ses citoyens collectifs. Lorsque le développement de l'être humain devient la priorité d'une nation, il peut commencer son processus de devenir une nation appelée «développée». Les individus doivent être formés pour être des solutions, même si cela signifie simplement dire un petit OUI au fait que vous pouvez faire partie du développement de votre communauté. Dans cet article de deux parties de Tanho Attah, nous voulons examiner le chemin du développement. Pour afficher le texte intégral, voir http://tasothought.blogspot.com.ng/2017/05/the-way-to-development.html
En tant que société, tout le monde regard généralement vers le gouvernement pour la direction, le leadership et son action pour améliorer l'environnement. Bien que cela soit vrai, ce n'est que la demi-vérité de toute société développée. Une société développée est une communauté développée où les facteurs de développement ne résident pas dans ces armes d'infrastructure, d'installations et de commodités, mais dans les personnes qui composent cette communauté. Une communauté développée est un environnement en développement, où les personnes qui habitent cette communauté modernisent constamment les besoins d'aujourd'hui. Il n'est pas nécessaire de valider cette déclaration parce que si nous regardons uniquement les tendances, nous verrions que les définitions prennent leur cours naturel. Être développé est un terme qui a consisté à être à jour avec la science moderne, la biologie, la technologie et les méthodologies de faire les choses plus rapidement, mieux, plus abordable et plus efficacement. C'est la raison pour laquelle nous avons des usines, des industries, des nouvelles technologies et des idées novatrices qui créent un avenir plus intéressant pour les générations à venir.
 L'éducation est l'outil pour lequel tout environnement se développera, mais qu'est-ce que l'éducation? L'éducation est simplement le processus par lequel les compétences, la technique, la connaissance, les applications et les capacités innovantes sont acquises par une personne, un groupe, une communauté ou une société. Une société éduquée est une société développée! Sans mise en œuvre, le savoir n'est pas valide car il ne sert à rien dans la construction, le développement ou l'avancement de l'environnement. - Tanho Attah

Monday, 22 May 2017

MentorAfrica: AFRICA AND CONSUMPTION - L'AFRIQUE ET LA CONSOMMAT...

MentorAfrica: AFRICA AND CONSUMPTION - L'AFRIQUE ET LA CONSOMMAT...: I do not feel right when I have to talk about Africa in a way that looks like all one does is to find faults. Be that as it may, it should ...

AFRICA AND CONSUMPTION - L'AFRIQUE ET LA CONSOMMATION

I do not feel right when I have to talk about Africa in a way that looks like all one does is to find faults. Be that as it may, it should be clear that patriotism is not folly. No matter how bitter the truth is, it is the only way to arrive at worthwhile change. The fact that Africa relishes in consumption has been a topic of many discussions and I do not want to over flog this issue. Recently, I  noticed something that just made this point so fresh in my memory. It is bad enough that all we want to do is consume what others have produced irrespective of where we find ourselves on the planet. Go to any international airport and the amount of luggage will tell you who is an African, we just like to consume to prove that we have arrived. What is most disturbing to me is the fact that we not only consume products and services, we also consume ideas. We are either too afraid or too lazy to think so we have to wait for others to think,  then we imitate what they are thinking. When I say we are afraid to think, I believe most of us have come to accept the notion that Africans are incapable of having any productive thoughts, so we would rather keep whatever we have to ourselves. The fear of initiating makes us to wait for someone more "civilised" to do it first then we follow. We are in an environment where innovative ideas are shouted down by parents, society, economy and government. Those who venture out are humiliated and frustrated, but life is like that everywhere. We have to create a more accommodating atmosphere like others have done through the ages, by braving it through the huge, unavoidable barriers. Stop allowing the environment to shout you down, keep trying until your environment responds and makes room for you. Those who blaze the trail, set the rules. Have a great week!
Photo Source: Google+/Oli a

Je ne me sens pas a l'aise quand je parle de l'Afrique d'une manière qui ressemble au fait qu'il n'y trouve que des fautes. Quoi qu'il en soit, il devrait être clair que le patriotisme n'est pas une folie. Peu importe l'ampleur de la vérité, c'est la seule façon d'arriver à des changements valables. Le fait que l'Afrique ait goûté à la consommation a fait l'objet de nombreuses discussions et je ne veux pas trop pousser ce problème. Récemment, j'ai remarqué quelque chose qui venait de rendre ce point tellement frais dans ma mémoire. Il est assez mal que tout ce que nous voulons c'est de consommer ce que d'autres ont produit indépendamment de l'endroit où nous nous trouvons sur la planète. Aller à n'importe quel aéroport international et la quantité de bagages vous dira qui est un Africain, nous aimons simplement consommer pour prouver que nous sommes arrivés. Ce qui me dérange le plus est le fait que nous consommons non seulement des produits et des services, mais aussi des idées. Nous sommes soit trop peur, soit trop paresseux pour penser, alors nous devons attendre que d'autres pensent, alors nous imitons ce qu'ils pensent. Quand je dis que nous avons peur de réfléchir, je crois que la plupart d'entre nous ont accepté la notion selon laquelle les Africains sont incapables d'avoir des pensées productives, alors nous préférerions ne pas exposer nos pensées. La peur de l'initiation nous fait attendre à quelqu'un plus «civilisé» de le faire d'abord, puis nous le suivons. Nous sommes dans un environnement où les parents, la société, l'économie et le gouvernement huent des idées novatrices. Ceux qui s'aventurent sont humiliés et frustrés, mais c'est la vie partout. Nous devons créer une atmosphère plus accommodante comme d'autres ont fait à travers les sieces, en le bravant à travers les obstacles énormes et inévitables. Arrêtez de permettre à l'environnement de vous huer, continuez d'essayer jusqu'à ce que votre environnement réponde et vous fait place. Ceux qui lancent le procès, fixent les règles. Passez une bonne semaine!

Thursday, 18 May 2017

MentorAfrica: STOP LOOKING AT THE SCARS - ARRETEZ-VOUS DE REGARD...

MentorAfrica: STOP LOOKING AT THE SCARS - ARRETEZ-VOUS DE REGARD...: Quit hiding behind the past. Some of us are still on the road of mental slavery, all we have done is switch cars. We are no longer required...

STOP LOOKING AT THE SCARS - ARRETEZ-VOUS DE REGARDER LES CICATRICES

Quit hiding behind the past. Some of us are still on the road of mental slavery, all we have done is switch cars. We are no longer required to answer to our colonial masters but we have chosen to believe that we have to serve them to stay in their good books to make any progress in life. Human beings are made to be interdependent not some being solely dependent on others. However, any human being will dominate anyone who comes begging to be dominated, it is natural. You do not have to be a certain race or colour for you to look down on anyone who constantly crawls to you for help. The strong will prey on the weak as a matter of course. When your posture before another thunders incompetence, you will treated as an inferior. We have continually held on to the damage of slavery and colonialism and I know that these have scarred us forever. Scars are not meant to hold us in one spot, we can choose to use them as reminders that drive us to excellence or keep stirring at them and remain bound. Many of us allow our past to blur our vision so that even when we think we are free, we are still travelling the same road, just using another vehicle. Outwardly, we think we are free but inwardly we have limitations that hold us from expressing our full value. We have to quit hiding behind the past and change our route completely. Do not continue on the same road and expect to arrive at a different destination because you have changed your means of transportation. When you discuss with most Africans, you will discover that underneath all the education and exposure, there is still that feeling of we can never be like them. For the most part, our lifestyles have changed but our mental limitations are still intact.
Photo Source: Google+
Cessez de vous cacher derrière le passé. Certains d'entre nous sont encore sur la route de l'esclavage mental, tout ce que nous avons fait est de changer de voiture. Nous ne sommes plus tenus de répondre à nos maîtres coloniaux, mais nous avons choisi de croire que nous devons les servir afin de rester dans leurs bons livres pour progresser dans la vie. Les êtres humains sont conçus pour être interdépendants, pas pour que certains dépendent des autres. Cependant, tout être humain dominera quiconque vient implorer sa domination, c'est naturel. Il ne s'agit pas de venir d'une certaine race ou d'avoir un peau d'une couleur particulière pour que vous méprisez ce qui vous embêtent constamment pour votre aide. Le fort fait toujours victime du faible. Lorsque la manière dont vous vous présentez devant les autres claironne l'incompétence, vous serez traité comme un inférieur. Nous avons continuellement soutenu les dégâts de l'esclavage et du colonialisme et je sais que cela nous a marqué des cicatrices pour toujours. Les cicatrices ne sont pas destinées à nous démobiliser, nous pouvons choisir de les utiliser comme des rappels qui nous conduisent à l'excellence ou continuer à les regarder et rester liés. Beaucoup d'entre nous permettent à notre passé de brouiller notre vision de sorte que même si nous pensons que nous sommes libres, nous parcourons toujours la même route, en utilisant simplement un autre véhicule. À l'extérieur, nous pensons que nous sommes libres, mais intérieurement, nous avons des limites qui nous empêchent d'exprimer notre pleine valeur. Nous devons cesser de nous cacher derrière le passé et changer complètement notre parcours. Ne continuez pas sur la même route et prévoyez arriver à une destination différente parce que vous avez changé vos moyens de transport. Lorsque vous discutez avec la plupart des Africains, vous découvrirez qu'en dépit de toute l'éducation et de l'exposition, ils ont toujours cette idée que nous ne serions jamais comme eux. Pour la plupart, nos modes de vie ont changé, mais nos limites mentales sont toujours intactes.

Wednesday, 17 May 2017

MentorAfrica: AFRICA RISING...A FAD? - L'AFRIQUE EMERGEANT...UNE...

MentorAfrica: AFRICA RISING...A FAD? - L'AFRIQUE EMERGEANT...UNE...: I see a lot of Africans on social media professing their love for the continent.  What remains to be seen is whether they match their love ...

AFRICA RISING...A FAD? - L'AFRIQUE EMERGEANT...UNE MANIE?

I see a lot of Africans on social media professing their love for the continent.  What remains to be seen is whether they match their love with actions. I think I understand the other high percentage who have given up and do not want anything to do with Africa, at least they are sincere. There are many of us who just pay lip service to our love for the continent, we even bow down to kiss her but turn our backs on her immediately. Looking with purpose at this continent is not for the faint of heart because you will be going against huge tidal waves. We must make up our minds whether our love for the continent is worth the sacrifice or quit professing our half-hearted allegiance. Not every African is meant to contribute to her growth, so you do not have to feel bad if you do not want to have anything to do with it. Victories are not won by numbers, they are won by passion, courage and determination. Many see the talk about Africa rising as a fad and they want to be seen as belonging to a movement. In every movement, we have those who want to promote their personal agenda and those who want to help the collective agenda, it is not just and African phenomenon. We should be free to express ourselves without any pretensions. Do you see Africa rising or you are following a fad?
Photo Source: Google+/Oli a
Je vois beaucoup d'Africains sur les médias sociaux qui professent leur amour pour le continent. Il reste à voir si elles correspondent à leur amour avec les actions. Pour moi, je comprends l'autre pourcentage élevé qui ont abandonné et ne veulent rien faire avec l'Afrique, au moins, ils sont sincères. Il y a beaucoup d'entre nous qui rendent au continent des hommages peu sincères de notre amour, nous nous inclinons même à l'embrasser, mais nous y tournons le dos tout de suite. Regarder avec un but sur ce continent n'est pas pour les faibles de coeur parce que vous allez aller contre d'immenses raz de marée. Nous devons nous décider de comprendre notre amour pour le continent vaut le sacrifice ou abandonner la profession de notre allégeance timide. Ce n'est pas tout africain qui est censé contribuer à sa croissance, donc vous ne devez pas vous sentir mal si vous ne voulez rien en avoir. Les victoires ne sont pas gagnées par des nombres, elles sont gagnées par la passion, le courage et la détermination. Beaucoup voient les discussions sur l'Afrique émergeant comme une manie et ils veulent être considérés comme appartenant à un mouvement. Dans chaque mouvement, nous avons ceux qui veulent promouvoir leur agenda personnel et ceux qui veulent aider l'agenda collectif, ce n'est pas nécessairement un phénomène africain. Nous devrions être libres de nous exprimer sans aucune prétention. Voyez-vous l'Afrique émergeant ou vous suivez une manie?

Tuesday, 16 May 2017

MentorAfrica: THEY GROW EFFORTLESSLY - ELLES POUSSENT SANS EFFOR...

MentorAfrica: THEY GROW EFFORTLESSLY - ELLES POUSSENT SANS EFFOR...: In my new environment, I have begun to notice things that the busyness of city life did not allow me to notice. Vegetation is wonderful if ...

THEY GROW EFFORTLESSLY - ELLES POUSSENT SANS EFFORT

In my new environment, I have begun to notice things that the busyness of city life did not allow me to notice. Vegetation is wonderful if you pay attention and notice the awesome beauty of plants and grass- yes, grass... Whoever thought that grass can be beautiful? There are so many species that I am just in awe. I am not here to discuss the beauty of the vegetation, rather I want to look at the growth pattern that I have noticed. Weeds do not need any nurturing, they just grow. Unlike edible vegetation that is nurtured  before they can grow to maturity, weeds grow effortlessly. To have a good yield, a farmer has to make sure the soil is right and prepared before he plants. If he does not continue to nurture, weeds that he did not plant will overtake the plants and destroy the harvest. What is all this about? Human society grows weeds by default, negative thoughts come to us by default. We are constantly fed negative news. I used to always wonder why almost all the news headlines were negative until I realized that that is the news that sells. Negative and ugly sell naturally, this is the reason why we need to do everything in our power to seek out and nurture positive thoughts and habits. It takes effort to see solutions where everything is covered in problems. It takes effort to talk about things no one wants to hear, people prefer soft talk to productive conversations. The list goes on but suffice it to say that we have to make all the effort to nurture our dreams in a world where  negatives and problems grow effortlessly. Enjoy your day!

Dans mon nouvel environnement, j'ai commencé à remarquer que l'agitation de la vie dans la ville ne me permettait pas de constater. La végétation est merveilleuse si vous faites attention et remarquez la beauté géniale des plantes et de l'herbe, oui, l'herbe ... Quiconque pensait que l'herbe pouvait être belle? Il y a tellement d'espèces que je suis simplement impressionné. Je ne suis pas là pour discuter la beauté de la végétation, mais je veux regarder le profil de croissance que j'ai remarqué. Les mauvaises herbes n'ont pas besoin d'entretien, elles poussent. Contrairement à la végétation comestible qui est nourrie avant qu'ils ne puissent atteindre leur maturité, les mauvaises herbes se développent sans effort. Pour avoir un bon récolte, un agriculteur doit s'assurer que le sol est correct et préparé avant qu'il ne plante. S'il ne continue pas à nourrir, les mauvaises herbes qu'il n'a pas plantées vont dépasser les plantes et détruire la récolte. De quoi s'agit toute cette histoire? La société humaine développe les mauvaises herbes par défaut, les pensées négatives nous parviennent par défaut. La société nous apporte constamment des nouvelles négatives. Je me demandais toujours pourquoi presque tous les titres des nouvelles étaient négatifs jusqu'à ce que je me suis rendu compte que ce sont les nouvelles qui se vendent. La négative et laide, se vend naturellement, c'est la raison pour laquelle nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rechercher et nourrir des pensées et des habitudes positives. Il faut des efforts pour voir des solutions où tout est couvert de problèmes. Il faut s'efforcer de parler de choses que personne ne veut entendre, les gens préfèrent discuter des banalités au lieu d'avoir des conversations productives. La liste continue, mais suffit de dire que nous devons faire tous les efforts pour nourrir nos rêves dans un monde où les négatifs et les problèmes progressent sans effort. Profitez de votre journée!

Monday, 15 May 2017

MentorAfrica: AT TIMES, JUST LAUGH! - QUELQUEFOIS, RIRE TOUT SIM...

MentorAfrica: AT TIMES, JUST LAUGH! - QUELQUEFOIS, RIRE TOUT SIM...: At times the challenges around you can become so overwhelming that they can suck the life out of you. Many of us in Africa who care about w...

AT TIMES, JUST LAUGH! - QUELQUEFOIS, RIRE TOUT SIMPLEMENT!

At times the challenges around you can become so overwhelming that they can suck the life out of you. Many of us in Africa who care about what goes on around us have become so uptight that we can hardly see any reason to smile when we think about all the ugly things happening around us. Until you decide to look at the bright side once in awhile, you will be miserable. Like I always believe, there is treasure in the trash. If you are discouraged by the amount of dross that covers the gold, you will never be able to appreciate its value and make beautiful jewellery out of it. To refine gold, you need to get dirty. The only way to improve a situation is to get involved in a productive way at any level where an opportunity presents itself. You cannot be productive in a state of depression, you have to look beyond what is to what can be to make a difference. Change, creativity and innovation do not come in a platter of gold, they come hidden in confusion, chaos and poverty. It has been done before in worse situations and can be done even in these so-called hopeless conditions in Africa. At times all you need is have a good laugh, relax and allow you creative and constructive juices to flow so that you can grab the opportunity when it presents itself. Have a good week.


Parfois, les défis qui vous entourent peuvent devenir tellement écrasants qu'ils peuvent vous faire perdre la vie. Beaucoup d'entre nous en Afrique qui s'inquiètent de ce qui se passe autour de nous sont devenus tellement tendus que nous le trouvons très difficile de voir des raisons de sourire lorsque nous pensons à toutes les choses moche qui se passent autour de nous. Jusqu'à ce que vous décidiez de regarder le côté brillant de temps en temps, vous serez misérable. Comme je le crois toujours, il y a du trésor dans la poubelle. Si vous êtes découragé par la quantité de scories qui couvre l'or, vous ne pourrez jamais apprécier sa valeur et en faire de beaux bijoux. Pour affiner l'or, vous devez vous salir. La seule façon d'améliorer une situation est de s'impliquer d'une manière productive à n'importe quel niveau où une opportunité se présente. Vous ne pouvez pas être productif dans un état de dépression, vous devez regarder au-delà de ce qui est à ce qui peut être pour faire une différence. Le changement, la créativité et l'innovation ne viennent pas dans un plat d'or, ils se cachent dans la confusion, le chaos et la pauvreté. Cela a déjà été fait dans des situations pires et peut se faire même dans ces conditions dites désespérées en Afrique. Parfois, tout ce dont vous avez besoin, c'est de rire, de vous détendre et de vous permettre de laisser couler des jus créatifs et constructifs afin que vous puissiez saisir l'opportunité quand il se présente. Passe une bonne semaine.