Google+ Followers

Thursday, 4 July 2013

VICTIM MENTALITY 1 - LA MENTALITE DE VICTIME 1

Until something is done about the way we think, no progress can be made, that is why this subject cannot be over-flogged. I want to spend sometime to look at what I call the victim mentality. People who see themselves as victims cannot overcome chanllenges, they look down on themselves to the point that even when they have the opportunity to make a diferrence, no matter how glaring it maybe, they will not cease it. They would rather work under a less qualified person who they think is superior to them than take the chance and do something with it. Oppression is the greatest source of such insecurity and foolishness, until africans know that those days are no more a reality except in their minds, they will not make any meaningful progress anytime soon. You alone can give another human being the power to dominate you. Whenever you have this experience, don't blame anyone, blame yourself.

Jusqu'à ce que quelque chose est fait de la façon dont nous pensons, aucun progrès ne peut être fait, c'est pour cela que ce sujet ne peut pas être sur-flagellation. Je veux passer un certain temps à regarder ce que j'appelle la mentalité de victime. Les gens qui se considèrent comme des victimes ne peuvent pas surmonter les défis, ils regardent vers le bas sur eux-mêmes, au point que même quand ils ont l'occasion de faire une différence, peu importe comment il peut être flagrante, ils ne la cesseront pas. Ils préfèrent travailler dans une personne moins qualifiée qui qu'ils pensent être supérieurs à eux de prendre le risque de faire quelque chose avec elle. L'oppression est la plus grande source de cette insécurité et de la sottise, jusqu'au moment quand les Africains savent que ces jours ne sont pas plus une réalité que dans leur esprit, ils ne font pas de progrès significatifs de sitôt. Vous seul pouvez donner à un autre être humain le pouvoir de vous dominer. Chaque fois que vous avez cette expérience, ne blâme personne,  blâmez vous-même.

No comments:

Post a Comment