Saturday, 6 April 2019

DEATH TO THE AFRICAN-TIME DISEASE! - MORT À LA MALADIE DE L'HEURE AFRICAINE!

The AFRICAN-TIME Disease - Damilola Akinbola -damikay24@yahoo.com

Many Africans wonder why we aren't progressing, as efficient and productive as we are, like the more developed nations. Recent studies (well not too 'recent' for that matter) show the existence of strong positive correlation between the productive capacity of a people and their efficient usage of time.

Time, of all invaluable resources, is the most sacred for it is the definer of the essences of all things. Though inherently infinite by nature, the finiteness of all elements of nature is measured by it. Those who understand the importance of time maximize its optimal usage.
All these might be common knowledge, it is however perplexing to consider the disease of time wastage peculiar to Africans to the extent we've coined out a disapproving cliche for ourselves - African-time.
We take the sacredness of time for levity with our infamous lackadaisical attitude to punctuality. Though it seems trivial to the average African, but our low productivity, stress and general lack of fulfillment associated with time wastage beg to differ.




Deep analysis isn't relevant on this issue for we all know that this is more of an attitudinal shortcoming than it is of unavailability of sufficient time; world over (geographical differences notwithstanding) each day is defined by same number of hours, minutes and seconds. This is therefore an issue of misplaced value and priority than of any peculiar nature-induced geographical disadvantage or anomaly that Africans can claim to be encumbered with.

Indiscriminate usage of the time resource is on par with other monstrous problems like corruption, greed, infrastructural deterioration, power epilepsy and economic downturn that have limited Africa for ages.

Time is sacred for by it our finite lives are measured and the waste of time is equivalent to life wastage.

The infamous AFRICAN-TIME Disease is curable and the cure lies in setting our priorities straight, understanding fully that the disparity between development and underdevelopment, between a life well lived and that encumbered with the guilt of waste lie invariably in a people's attitude to time and its intentional maximization.

Death to African-Time disease!

#Victor Akins
#PROFOUND eXPressionS 


La maladie de L'HEURE AFRICAINE par Damilola Akinbola - damikay24@yahoo.com

Beaucoup d'Africains se demandent pourquoi nous ne progressons pas, aussi efficaces et productifs que nous sommes, commes des pays plus développés. Des études récentes (enfin pas trop "récentes" d'ailleurs) montrent l'existence d'une forte corrélation positive entre la capacité de production d'un peuple et son utilisation efficace du temps.

 Le temps, de toutes les ressources inestimables, est le plus sacré, car il définit les essences de toutes choses. Bien que intrinsèquement infinie par nature, la finitude de tous les éléments de la nature est mesurée par elle. Ceux qui comprennent l’importance du temps optimisent son utilisation optimale.
Tout cela pourrait être de notoriété publique, mais il est toutefois difficile de considérer la maladie du gaspillage du temps propre aux Africains dans la mesure où nous avons forgé un cliché désapprobateur pour nous-mêmes - l'heure africaine.

Nous prenons le caractère sacré du temps à la légère avec notre infâme attitude de nonchalance envers la ponctualité. Bien que cela semble trivial pour l’Africain moyen, notre faible productivité, notre stress et notre manque général de satisfaction associé au gaspillage de temps nous amènent à différer.

 Une analyse en profondeur n’est pas pertinente sur cette question car nous savons tous qu’il s’agit plus d’un défaut d’attitude que de l’absence de temps suffisant; Dans le monde entier (malgré les différences géographiques), chaque jour est défini par le même nombre d’heures, de minutes et de secondes. Il s’agit donc d’une question de valeur et de priorité déplacées par rapport à tout désavantage géographique ou toute anomalie géographique, que les Africains peuvent prétendre les encombrent.

 L'utilisation sans discernement des ressources de temps est comparable à d'autres problèmes monstrueux tels que la corruption, la cupidité, la détérioration des infrastructures, l'épilepsie électrique et le ralentissement économique qui limitent l'Afrique depuis des siècles.

Le temps est sacré, car c'est la mesure de nos vies finies et la perte de temps équivaut au gaspillage de la vie.

L'infâme maladie de L'HEURE AFRICAINE est curable et le remède consiste à fixer nos priorités, sachant bien que la disparité entre développement et sous-développement, entre une vie bien vécue et celle où règne la culpabilité du gaspillage réside invariablement dans l'attitude du peuple à l'égard du temps et sa maximisation intentionnelle.

 Mort à la maladie de l'heure africaine!

#Victor Akins
#PROFOUND eXPressionS

No comments:

Post a comment