Thursday, 11 April 2019

AFRICA AND THE BRAIN DRAIN CONUNDRUM - L'AFRIQUE ET LE CONRAIN DE VIDANGE DU CERVEAU


AFRICA AND THE BRAIN DRAIN CONUNDRUM
By Stanley Umezulike
Africa’s greatest tragedy is not the poverty and conflict that have ravaged the continent for decades but the fact that Africa’s best brains are leaving the continent yearly for greener pastures in the West. This therefore creates a negative notion that the continent is not a conducive environment for growth and sustainable development.
In fact, the exodus of many qualified professionals from Africa have left the continent poorer and without adequate skilled and professional workers. In our 21st century when African scientists and intellectuals are needed to help develop the continent, Africa seems to be wobbling without direction because its best minds – the men and women with innovative ideas, prefer to stay in Europe and North America than in the continent.  African professionals in Europe and North America have become an asset for Western economies. Africa on the other hand, has lost so much in the process.
The shortage of doctors in Africa during the Ebola crisis painted a grim picture of what brain drain had cost Africa. During the outbreak, many citizens died due to lack of access to health facilities. As revealed by World Health Organization data, in 1973, there were 7.76 doctors per 100, 000 people in Liberia. This dropped to 1.37 doctors in 2008. In East Africa, Uganda has less than 5,000 doctors and 30,000 nurses for a population of over 35 million people.




This therefore means that many Africans are leaving the continent but are not returning. Undoubtedly, these highly educated Africans are attracted by perceived favourable living conditions in the West. The truth is that they are going to places where they believe they will be chosen based on merit and not favoritism. Poor working conditions and lack of a merit-based system had plagued Africa like a disease for decades. In the continent, most people are chosen in sensitive positions based on ethnic sentiments, bribery and favouritism. This negative trend have created a system where massive number of unqualified people are left to man top and sensitive positions in countries in the continent. Today, Africa is the poorest continent in world because it does not have adequate men and women with ideas and innovative spirit who would help to drive the continent towards the path of sustainable development. And unfortunately, the people with the ideas that will help to fix Africa are not interested in staying in the continent. Wars, conflict and drought have equally done their damage, making people to seek for refuge elsewhere.
What can be done to stem back the tide?
 It’s time to change the narrative. African leaders and stakeholders must begin to invest in her people and do all it takes to create a conducive environment where ideas, skills and talents will be harnessed and employed in helping Africa rise to its true potentials. Most African students going to the West to study find it hard to come back to their home countries once they have finished their studies.  On this note, it is important to state that education remains the key to the growth and progress of a country. But it should be an education that works. There should be a total overhaul of the education system in Africa’s tertiary institutions. African governments should invest more in the education sector. Emphasis should be on instituting a skill-based education that will produce highly skilled intellectuals, rather than the theoretical education witnessed in Africa where many students forget all they were taught barely six month after graduation.
But instead of just telling African expatriates in the West to come back home, there is another mutually beneficiary alternative. As many African scholars have suggested, an important solution that will help to stem back the tide on Africa’s brain drain will be to set up University and scientific networks between home countries and countries with an African diaspora. Morocco, for example is involving its diaspora through national programmes such as the International Forum for Moroccan Competencies Abroad, which supports national research and technology initiatives. This will benefit both the country of origin as well as the host country through the transfer of skills and knowledge. And it will help to improve the education system in Africa’s tertiary institutions.
As the 2016 IMF report pointed out, Africa diaspora networks “can also provide rigorous professional development and leadership training programmes. Combining their skills, contacts and know-how with their insights into global opportunities and local contents, diaspora networks of emigrants may help strengthen the home country business environment, raise efficiency and expand into new markets.”
There is still hope at the end of the horizon.
Let’s continue this conversation on: Facebook/justinakesagbosa LinkedIn/justinakesagbosa,  Instagram@jpmy_Africa, Twitter@josephspkceng
#Ebukastanwrites
#MentorAfrica
#RiseupAfrica

L'AFRIQUE ET LE CONRAIN DE VIDANGE DU CERVEAU Par Stanley Umezulike


La plus grande tragédie de l’Afrique n’est pas la pauvreté et les conflits qui ravagent le continent depuis des décennies, mais le fait que les meilleurs cerveaux de l’Afrique quittent le continent chaque année pour s'installer en Europe plus verte. Cela crée donc une notion négative selon laquelle le continent n'est pas un environnement propice à la croissance et au développement durable.
En fait, l'exode de nombreux professionnels africains qualifiés ont laissé le continent plus pauvre et sans travailleurs de cadre professionnels qualifiés. Au XXIe siècle, lorsque des scientifiques et des intellectuels africains sont nécessaires pour aider au développement du continent, l’Afrique semble vaciller sans direction, car ses meilleurs cerveaux - les hommes et les femmes aux idées novatrices, préfèrent rester en Europe et en Amérique du Nord que sur le continent. Les professionnels africains en Europe et en Amérique du Nord sont devenus un atout pour les économies occidentales. L’Afrique, en revanche, a beaucoup perdu dans le processus.

La pénurie de médecins en Afrique pendant la crise Ebola a brossé un tableau sombre de ce que la fuite des cerveaux a coûté à l'Afrique. Au cours de l'épidémie, de nombreux citoyens sont décédés faute d'accès aux établissements de santé. Comme le révèlent les données de l'Organisation mondiale de la santé, en 1973, le Libéria comptait 7,76 médecins pour 100 000 habitants. Ce nombre est tombé à 1,37 médecin en 2008. En Afrique de l'Est, l'Ouganda compte moins de 5 000 médecins et 30 000 infirmières pour une population de plus de 35 millions d'habitants.

Cela signifie donc que beaucoup d’Africains quittent le continent mais ne reviennent pas. Sans aucun doute, ces Africains hautement éduqués sont attirés par les conditions de vie favorables perçues comme telles en Occident. La vérité est qu'ils se rendent dans des endroits où ils croient qu'ils seront choisis sur la base du mérite et non du favoritisme. Les mauvaises conditions de travail et l’absence d’un système fondé sur le mérite ont frappé l’Afrique de maladie depuis des décennies. Sur le continent, la plupart des gens sont choisis dans des postes sensibles fondés sur des sentiments ethniques, la corruption et le favoritisme. Cette tendance négative a créé un système dans lequel un grand nombre de personnes non qualifiées se trouvent aux postes de responsabilité et de direction dans des pays du continent. Aujourd’hui, l’Afrique est le continent le plus pauvre du monde, car elle ne dispose pas d’un nombre suffisant d’hommes et de femmes avec des idées et un esprit novateur qui aideraient le continent à progresser sur la voie du développement durable. Et malheureusement, les gens avec les idées qui aideront à réparer l'Afrique ne sont pas intéressés à rester sur le continent. Les guerres, les conflits et la sécheresse ont également causé des dégâts, obligeant les gens à chercher refuge ailleurs.

Que peut-on faire pour endiguer la marée?

 Il est temps de changer le récit. Les dirigeants africains et les parties prenantes doivent commencer à investir sur son peuple et à faire tout ce qui est nécessaire pour créer un environnement propice dans lequel les idées, les compétences et les talents seront exploités et utilisés pour aider l'Afrique à atteindre son véritable potentiel. La plupart des étudiants africains se rendant en occident pour étudier ont du mal à revenir dans leur pays une fois leurs études terminées. Sur cette note, il est important de préciser que l'éducation reste la clé de la croissance et du progrès d'un pays. Mais cela devrait être une éducation qui fonctionne. Il devrait y avoir une refonte totale du système éducatif dans les établissements d’enseignement supérieur africains. Les gouvernements africains devraient investir davantage dans le secteur de l'éducation. L'accent devrait être mis sur l'instauration d'une éducation basée sur les compétences qui produira des intellectuels hautement qualifiés, plutôt que sur l'éducation théorique observée en Afrique, où de nombreux étudiants oublient tout ce qui leur est enseigné à peine six mois après l'obtention de leur diplôme.

Mais au lieu de simplement dire aux expatriés africains de l'Ouest de rentrer chez eux, il existe une autre alternative mutuellement bénéficiaire. Comme de nombreux universitaires africains l’ont suggéré, une solution importante pour freiner la fuite des cerveaux africains consistera à mettre en place des réseaux universitaires et scientifiques entre les pays d’origine et les pays de la diaspora africaine. Le Maroc, par exemple, associe sa diaspora à travers des programmes nationaux tels que le Forum international des compétences marocaines à l'étranger, qui soutient des initiatives nationales de recherche et de technologie. Cela profitera à la fois au pays d'origine et au pays d'accueil grâce au transfert de compétences et de connaissances. Et cela contribuera à améliorer le système éducatif dans les établissements d’enseignement supérieur en Afrique.

Comme le soulignait le rapport 2016 du FMI, les réseaux de la diaspora africaine «peuvent également proposer des programmes de développement professionnel et de formation au leadership rigoureux. En associant leurs compétences, leurs contacts et leur savoir-faire aux perspectives mondiales et aux contenus locaux, les réseaux d'émigrants de la diaspora peuvent aider à renforcer l'environnement commercial du pays d'origine, à accroître l'efficacité et à pénétrer de nouveaux marchés. "

Il y a encore de l'espoir au bout de l'horizon.
Continuons cette conversation sur: Facebook / justinakesagbosa LinkedIn / justinakesagbosa, Instagram @ jpmy_Africa, Twitter @ josephspkceng
#Ebukastanwrites
#MentorAfrica
#RiseupAfrica

No comments:

Post a comment