Google+ Followers

Monday, 23 January 2017

HEARTBEAT OF OUR LAND - BATTEMENT DU COEUR DE NOTRE TERRE

 Africans should know that they can only develop by existing. By feeling the heartbeat of the land and dancing accordingly to its needs. We need to listen to learn, learn to know, know to apply and apply to create. – Tanho Attah
Most times, I feel that the pulse of Africa is low and at times even non-existent. It looks like we are constantly on "life support" and would stop to breathe immediately this is taken off. All our organs are failing; culture, education, economy, politics... We need to start working to bring up the "pulse rate" so that the next generation can pick it up and start doing things that will help the continent return to a healthy heartbeat. We need to start listening to learn not criticize or simply copy. There are no one-size-fits all solutions to national or personal problems; we need take knowledge, adapt it and create our own solutions. It is time for us to understand that we cannot continue to be on "life support",we have enough "oxygen" in this continent to survive if we are bold enough to take off the support.
Photo Credit: Google+

Les Africains doivent savoir qu'il ne peut se développer qu'en vivant. En sentant le battement du coeur de la terre et en dansant selon ses besoins. Nous devons écouter pour apprendre, apprendre à connaître, savoir appliquer et appliquer pour créer. - Tanho Attah
La plupart du temps, je sens que le pouls de l'Afrique est faible et parfois même inexistant. On dirait que nous sommes constamment sur le «soutien de la vie» et arrêterait de respirer immédiatement si cela est retiré. Tous nos organes sont faibles; La culture, l'éducation, l'économie, la politique ... Nous devons commencer à travailler afin d'élever le «pouls» afin que la prochaine génération puisse le faire remonter et commencer à faire des choses qui aideront le continent à retrouver un rythme cardiaque sain. Nous devons commencer à écouter pour apprendre et non pour critiquer ou pour simplement copier. Il n'existe pas de solution unique aux problèmes nationaux ou personnels; Nous devons obtenir la connaissance, l'adapter et créer nos propres solutions. Il est temps pour nous de comprendre que nous ne pouvons pas continuer à être sur le «soutien de la vie», nous avons assez «oxygène» dans ce continent pour survivre si nous sommes assez audacieux pour enlever le soutien.

No comments:

Post a Comment