Friday, 20 December 2019

AFRICA AND HER 'FORGOTTEN' PAST - L'AFRIQUE ET SON PASSÉ «OUBLIÉ»


With basic technology at our fingertips, most of us are now amateur photographers. I notice many beautiful pictures all over the internet and with sharing possibilities, we have access to wonderful pictures for our viewing pleasure as well as many that also tell stories. These allow us to peek into our past especially as Africans when we want to show that we once had a beautiful culture. Many look at these photos taken during certain occasions with some nostalgic feelings whilst others do it in remembrance of a '"forgotten" past. The international community calls anything cultural the "exotic" and even we Africans have started referring to our own culture in those same terms. While other cultures evolved, it looks like ours got stuck, so from time to time, we try to make reference to what is authentically ours. Sometimes, It is confusing how this plays out, it is almost as if we have no history thus we have to find something from our past to convince ourselves that there was once an African way of life. Our architecture, fashion, cuisine, language etc have been pushed to the back burner and we have to be apologetic when the opportunity arises for us to showcase any aspect of our culture. We pull them from the archives and hope that people do not consider us uncivilized. I am even lost for words to explain what is going on. In almost all of the developed world, we can notice how changing times helped them develop their lifestyle in order to help them adapt to current events. This is the way culture evolves, evolution does not mean to "copy and paste" what other cultures have developed. You cannot compete on the world stage by imitation, you can only contribute to innovation by creating solutions and developing your cultural values. We can all see where the "copy and paste" syndrome has left Africa; from politics to all other domains of life, we only speak by amplifying what others have said. Sad but true. Thankfully, it is never too late to find our own voice. Now is the time to find our own voice by looking around us and applying all we have to create what we need. Every environment has what it needs to meet the needs of its people. When we do not value what we have, others will come and take it, add value to it and sell it back to us. Africa is practically a consumer continent and the sad part is that most of the raw materials for producing what she imports, are taken from the continent. If we can only see the value of what we have, it will help us to show our unique way of solving the problems around us and helping the world to appreciate our contribution. Some have given up hope because of how underdeveloped and far behind we are in the global scheme of things. They feel it is of no use to talk about taking our place in the committee of nations. According to them, we should just accept our lot. I beg to differ because history has proven that at one point in time every continent had something significant to offer more than the others. Rather than give in, let us look at ways to contribute to the rise, once again, of the African continent. Do enjoy a great weekend!

Avec la technologie de base à portée de main, la plupart d'entre nous sont maintenant des photographes amateurs. Je remarque beaucoup de belles images partout sur Internet et avec des possibilités de partage, nous avons accès à de magnifiques images pour notre plaisir de visionnement ainsi qu'à beaucoup d'autres qui racontent des histoires. Celles-ci nous permettent de jeter un œil à notre passé, en particulier en tant qu'Africains, lorsque nous voulons montrer que nous avions autrefois une belle culture. Beaucoup regardent ces photos prises à certaines occasions avec des sentiments nostalgiques tandis que d'autres le font en souvenir d'un passé «oublié». La communauté internationale appelle tout ce qui est culturel «l'exotique» et même nous, les Africains, avons commencé à parler de notre propre culture dans les mêmes termes. Alors que d'autres cultures ont évolué, il semble que la nôtre soit bloquée, donc de temps en temps, nous essayons de faire référence à ce qui est authentiquement le nôtre. Parfois, c'est déroutant comment cela se passe, c'est presque comme si nous n'avons pas d'histoire donc nous devons trouver quelque chose de notre passé pour nous convaincre qu'il y avait une fois un mode de vie africain. Notre architecture, notre mode, notre cuisine, notre langue, etc. ont été relégués au second plan et nous devons nous excuser lorsque l'occasion se présente pour nous de mettre en valeur n'importe quel aspect de notre culture. Nous les tirons des archives et espérons que les gens ne nous considèrent pas comme non civilisés. Je suis même perdu pour des mots pour expliquer ce qui se passe. Dans presque tous les pays développés, nous pouvons remarquer comment le changement de temps les a aidés à développer leur style de vie afin de les aider à s'adapter aux événements actuels. C'est ainsi que la culture évolue, l'évolution ne signifie pas «copier-coller» ce que d'autres cultures ont développé. Vous ne pouvez pas rivaliser sur la scène mondiale par l'imitation, vous ne pouvez contribuer à l'innovation qu'en créant des solutions et en développant vos valeurs culturelles. Nous pouvons tous voir où le syndrome du «copier-coller» a laissé l'Afrique; de la politique à tous les autres domaines de la vie, nous ne parlons qu'en amplifiant ce que les autres ont dit. Triste mais vrai. Heureusement, il n'est jamais trop tard pour trouver notre propre voix. Il est maintenant temps de trouver notre propre voix en regardant autour de nous et en appliquant tout ce que nous avons pour créer ce dont nous avons besoin. Chaque environnement a ce dont il a besoin pour répondre aux besoins de ses habitants. Lorsque nous n'évaluons pas ce que nous avons, d'autres viendront le prendre, y ajouteront de la valeur et nous le revendront. L'Afrique est pratiquement un continent consommateur et le plus triste est que la plupart des matières premières pour produire ce qu'elle importe, sont prises du continent. Si nous ne pouvons voir que la valeur de ce que nous avons, cela nous aidera à montrer notre façon unique de résoudre les problèmes qui nous entourent et d'aider le monde à apprécier notre contribution. Certains ont perdu espoir en raison du sous-développement et du retard que nous avons dans le schéma global des choses. Ils estiment qu'il est inutile de parler de prendre notre place au sein du comité des nations. Selon eux, nous devrions simplement accepter notre sort. Je vous prie de différer parce que l'histoire a prouvé qu'à un moment donné, chaque continent avait quelque chose d'important à offrir plus que les autres. Plutôt que de céder, examinons les moyens de contribuer, une fois de plus, à l'essor du continent africain. Profitez d'un excellent week-end!



No comments:

Post a comment