Thursday, 4 April 2019

CHANGING THE AFRICAN NARRATIVE - CHANGER LE DISCOURS AFRICAIN


Changing The Narrative: The Missing Link in Africa’s Development Challenges
By Stanley Umezulike  @umezulike@gmail.com
It is an established fact that Africa is the cradle of civilization.  No wonder Africa is called the mother continent. Today, Evolutionists and Paleontologists believe that Africa is the birthplace of Mankind. The discovery of the Taung Child, a fossilized skull of a young Australopithecus Africanus, and Ape-men such as Gorillas and Chimpanzees - the closest living relatives of human, in Africa by Archeologists lends credence to this fact. In fact, if there is an ancient civilization that have influenced our modern world the most, it’s that of ancient Egypt. The Egyptians were remarkable innovators and inventors. While their pyramids still stand today as a reminder of their architectural prowess, the people of ancient Egypt were also responsible for a vast array of inventions still used today in our world. Over 3000 years ago, during the time of the Egyptian Empire, their contributions in medicine, language, writing, industry, sciences and in different aspects of human life revolutionized the world. During this period, leading scholars from different parts of the world visited Egypt to learn and tap from their wealth of knowledge. This was a period of prosperity, not just for Egypt, but for Africa.
So many empires and kingdoms have flourished in Africa. And the continent, undoubtedly is blessed with rich mineral and human resources. Africa has produced a lot of innovators and great people. As noted by BBC in March 10, 2019, Mansa Musa (1280-1337 AD), the tenth emperor of Mali Empire, is the richest man of all times. During his reign, Mali was one of the largest producers of gold in the world. The 14th and 15th century was the golden age of the Songhai Empire which covered the Western Sahel region of Africa. They standardized the weights, measures and currency to alleviate trade differences. Their major city – Timbuktu was a hub of learning, trade, art and sciences.
 But this spirit of progress and innovation in Africa would change for the worst many centuries later. Today, Africa is labelled as a third world country. And to many, Africa is synonymous with poverty. In our 21st century, the poorest people in the world are in Africa. The narrative has changed from a culture of progress, creativity, achievement and innovation to a culture of dependence, consumption, under-development and leadership crisis.
What went wrong?
Have Africans forgotten their glorious history? This brings us back to the question; what is the missing link in Africa’s development challenges?

The truth is that wars, conflict, selfish interests, leadership crisis and short-term thinking have prevented Africa from reaching its true potential. For so many years, Africa has continued to rely on external factors to enable her achieve its developmental goals. This has led to over-dependence on foreign goods and services, and the belief that whatever we have to offer is inferior and lacks authenticity. This belief has led Africa down the road of under-development, a vicious cycle of poverty, brain drain and ignorance.
From our history as the cradle of civilization, it is obvious that development is not alien to Africa. Indeed, the most important factor that will propel Africa to rise up again is an investment in human capital development. Instead of wasting our resources and renewing our dependence on foreign goods, expertise and technology, we should begin to invest in our people. As former third world countries, China and Singapore followed this path 60 years ago, today, they are among the best economies in the world. African countries can do the same.
The sad truth is that the best brains are leaving Africa yearly because African leaders erroneously believe that development is rooted in imported infrastructure and technology. This has led to less emphasis on education and human development. The development that works is the one that is centred on man, not things.
The time has come for Africans to take their destiny in their hands. Africa had a glorious history. We should not lose hope in the African project. Africa has what it takes to rise up again but that won’t happen if everyone stands akimbo and does nothing.
Africa’s new oil is not the minerals or petroleum that have led to wars and created a resource curse in the continent but the young people who – with the right guidance, can become the next generation of leaders and agents of development in the continent. (Stanley is a postgraduate student at th University of Nigeria, Nsukka)
Let’s continue this conversation on: Facebook/justinakesagbosa LinkedIn/justinakesagbosa,  Instagram@jpmy_Africa, Twitter@josephsplaceng
#Ebukastanwrites
#MentorAfrica
#RiseupAfrica

Changer le discours: le chaînon manquant dans les défis du développement de l’Afrique

Par Stanley Umezulike - uwezulike@gmail.com
C’est un fait établi que l’Afrique est le berceau de la civilisation. Pas étonnant que l'Afrique soit appelée le continent mère. Les évolutionnistes et les paléontologues croient aujourd'hui que l’Afrique est le lieu de naissance de l’humanité. La découverte de l'enfant Taung, un crâne fossilisé d'un jeune australopithèque africain, et des hommes-singes tels que Gorillas et Chimpanzés - les parents les plus proches de l'homme, vivant en Afrique par les archéologues - corrobore ce fait. En fait, s’il existe une civilisation ancienne qui a le plus influencé notre monde moderne, c’est celle de l’Égypte ancienne. Les Egyptiens étaient des innovateurs et des inventeurs remarquables. Alors que leurs pyramides rappellent encore aujourd'hui leurs prouesses architecturales, les peuples de l’Égypte ancienne ont également été responsables de la vaste gamme d’inventions encore utilisées de nos jours. Il y a plus de 3000 ans, à l'époque de l'empire égyptien, leurs contributions à la médecine, au langage, à l'écriture, à l'industrie, aux sciences et à différents aspects de la vie humaine ont révolutionné le monde. Au cours de cette période, d'éminents spécialistes de différentes régions du monde se sont rendus en Égypte pour apprendre et puiser dans leurs connaissances. Ce fut une période de prospérité, non seulement pour l’Égypte, mais pour l’Afrique.
Tant d'empires et de royaumes ont prospéré en Afrique. Et le continent est sans aucun doute doté de riches ressources minérales et humaines. L'Afrique a produit beaucoup d'innovateurs et de gens formidables. Comme l'a noté la BBC le 10 mars 2019, Mansa Musa (1280-1337 après JC), le dixième empereur de l'empire du Mali, est l'homme le plus riche de tous les temps. Sous son règne, le Mali était l'un des plus gros producteurs d'or au monde. Les XIVe et XVe siècles étaient l'âge d'or de l'empire Songhaï, qui couvrait la région occidentale du Sahel en Afrique. Ils ont normalisé les poids, les mesures et la monnaie pour atténuer les différences commerciales. Leur ville principale - Tombouctou était une plaque tournante de l’apprentissage, du commerce, de l’art et des sciences.
 Mais cet esprit de progrès et d'innovation en Afrique changerait pour le pire siècle après siècle. Aujourd'hui, l'Afrique est qualifiée de pays du tiers monde. Et pour beaucoup, l’Afrique est synonyme de pauvreté. Au XXIe siècle, les populations les plus pauvres du monde se trouvent en Afrique. Le récit est passé d’une culture de progrès, de créativité, de réalisation et d’innovation à une culture de dépendance, de consommation, de sous-développement et de crise du leadership.
Qu'est ce qui ne s'est pas bien passé?
Les Africains ont-ils oublié leur histoire glorieuse? Cela nous ramène à la question. Quel est le chaînon manquant dans les défis de développement de l’Afrique?
La vérité est que guerres, conflits, intérêts égoïstes, crise du leadership et réflexion à court terme ont empêché l’Afrique de réaliser tout son potentiel. Pendant de nombreuses années, l’Afrique a continué de s’appuyer sur des facteurs extérieurs pour lui permettre d’atteindre ses objectifs de développement. Cela a conduit à une dépendance excessive à l'égard des biens et services étrangers et à la conviction que tout ce que nous avons à offrir est inférieur et manque d'authenticité. Cette conviction a conduit l’Afrique sur la voie du sous-développement, du cercle vicieux de la pauvreté, de l'exode des cerveaux et de l’ignorance.
De notre histoire en tant que berceau de la civilisation, il est évident que le développement n’est pas étrange à l’Afrique. En effet, le facteur le plus important qui incitera l'Afrique à se relever est un investissement dans le développement du capital humain. Au lieu de gaspiller nos ressources et de renouveler notre dépendance à l'égard des produits, de l'expertise et de la technologie étrangers, nous devrions commencer à investir dans notre population. En tant qu'anciens pays du tiers monde, la Chine et Singapour ont suivi cette voie il y a 60 ans. Aujourd'hui, ils comptent parmi les meilleures économies du monde. Les pays africains peuvent faire la même chose.
La triste vérité est que les meilleurs cerveaux quittent l’Afrique chaque année parce que les dirigeants africains croient à tort que le développement est enraciné dans des infrastructures et des technologies importées. Cela a conduit à moins mettre l'accent sur l'éducation et le développement humain. Le développement qui fonctionne est celui qui est centré sur l'homme et non sur les choses.
Le moment est venu pour les Africains de prendre leur destin en main. L'Afrique avait une histoire glorieuse. Nous ne devrions pas perdre espoir dans le projet africain. L’Afrique a ce qu’il faut pour ressusciter, mais cela ne se produira pas si tout le monde se tient debout et ne fait rien.
Le nouveau pétrole de l’Afrique n’est pas le minerai ou le pétrole qui ont conduit aux guerres et créé une malédiction des ressources sur le continent, mais les jeunes qui, avec les conseils appropriés,  peuvent devenir la prochaine génération de dirigeants et d’agents de développement sur le continent.(Stanley est un étudiant de troisième cycle à l'University of Nigeria, Nsukka)
Continuons cette conversation sur: Facebook / justinakesagbosa LinkedIn / justinakesagbosa, Instagram @ jpmy_Africa, Twitter @ josephsplaceng
#Ebukastanwrites
#MentorAfrica
#RiseupAfrica

No comments:

Post a comment